Référencement

Comment rédiger pour Google ?

Rédiger pour le moteur de recherche phare demande de bien connaitre certaines règles pour ne pas passer à côté d'un gain en visibilité. Découvrez les règles majeures pour bien rédiger pour Google :

En matière de rédaction web, il est important de considérer les moteurs de recherche pour prétendre à un bon référencement de ses pages web. Lorsqu’on évoque la rédaction pour Google, il est évident qu’il ne faut pas occulter le lecteur, qui est le plus important.

Cependant pour qu’un internaute trouve votre contenu, il doit forcément être être bien référencé et si possible atteindre la première position sur Google ou au minimum le top 3 sur son mot-clé. Quant à Google, c’est tout simplement parce qu’il est le moteur de recherche le plus utilisé, même s’il faut tout de même intégrer les autres moteurs comme Bing par exemple.

 

Comment rédiger pour Google ?

Rédiger pour Google et optimiser le référencement de son site et de ses pages web, demande de bien saisir les différentes règles qui sont imposées par Google et celles qui visent à avoir une bonne expérience utilisateur. Cet utilisateur, c’est à dire le lecteur, doit resté au centre de toute rédaction web car c’est à lui que l’on s’adresse en premier lieu. En parallèle le rédacteur web, qui doit disposer de qualités en référencement et en rédaction, doit tout faire pour permettre à son contenu d’être bien positionné sur Google.

Comment rédiger du contenu pour googleR

On fait appel au référencement naturel ou SEO, qui est le levier marketing visant l’optimisation de ses contenus pour les moteurs de recherche. On utilise des solutions et outils SEO permettant d’améliorer la visibilité de ses contenus sans avoir recours au référencement payant, ce qui ne signifie pas que le SEO est gratuit.

Dans les faits, vous pourriez rédiger un contenu à très forte valeur ajoutée qui est recherché par de nombreuses personnes, mais ne pas avoir un bon référencement. Ce qui revient à dire que personne ne vous trouvera et que peu liront votre contenu à la suite d’une recherche d’information sur Google. De même que si vous négligez le lecteur en vous concentrant sur l’optimisation de votre contenu, vous pourriez totalement le dénaturer et rendre sa lecture indigeste, voir incompréhensible pour votre audience.

La rédaction pour Google implique donc d’être au milieu de chemin en rédigeant pour le lecteur, mais tout en considérant les règles d’écriture web imposées indirectement par Google. Ce sont ces règles que nous allons voir pour ce qui est des principales, à commencer par la recherche des mots-clés autour de son secteur d’activité.

Choisir les mots-clés

Tout d’abord, il est important de faire une recherche pointue de ses mots-clés, et donc de connaître ceux qui sont pertinents pour votre site et votre activité. Ces mots-clés seront majoritairement choisis en fonction des requêtes que les utilisateurs saisissent sur les moteurs de recherche. Les volumes de recherche sont également à intégrer dans le choix de ses mots-clés, tout comme la dureté SEO qui vous informe de la difficulté à atteindre un bon positionnement.

Les mots-clés doivent être intégrés de manière naturelle dans vos contenus, notamment au sein des balises title, meta-description et des sous-titres. Ces balises sont des éléments qui font établir la structure de votre contenu et permettre aux moteurs de recherche de comprendre le sujet de vos pages web afin de les indexer correctement.

Pour rechercher les bons mots-clés, il est indispensable d’avoir les outils SEO adaptés au référencement naturel comme Ubersuggest ou SEMRush. Ils vous donneront les mots-clés, les idées de mots-clés ainsi que les volumes de recherche et de nombreux autres indicateurs, dont la dureté SEO évoquée précédemment.

La recherche de mots-clés en SEO

En matière de mots-clés il y a les mots-clés génériques, et les expressions-clés que l’on peut traduire par mot-clé de longue traine. Ces derniers permettent d’apporter une précision à un mot-clé pour éviter la forte concurrence des mots-clés génériques et de répondre plus finement à une requête.

Exemple : chocolat (mot-clé générique) – chocolat fourré à la pâte d’amande (expression-clé ou mot-clé de longue traine).

A la suite d’une requête visant un mot-clé générique, Google peut vous suggérer des informations qui viendront compléter votre requête. Si on considère le mot-clé chocolat comme une requête, rien n’indique ici ce qui est réellement recherché ; qu’est-ce que le chocolat, qui en vend, quelles sont les marques de chocolat, d’où il vient etc.

Les expressions-clés permettent ainsi de répondre plus précisément à un besoin, mais elles ne représentent pas la majorité des requêtes saisies. Un mot-clé générique engendre souvent un plus gros volume de recherche.

Le maillage interne

Le maillage interne, c’est-à-dire les liens internes entre les différentes pages de votre site, joue également un rôle important dans le référencement. Ces liens internes, comme les ancres, mots sur lesquels sont placés les liens, se doivent d’être pertinents, tout en aidant les utilisateurs à obtenir des informations complémentaires sur le sujet que vous traitez.

Ils permettent également aux moteurs de recherche de comprendre la structure de votre site en vue de l’indexer plus facilement. Le maillage interne est une pratique difficile à tenir à jour, car chaque contenu qui vient s’ajouter à votre site peut nécessiter d’en revoir certains autres pour les relier.

Le contenu

Le moteur de recherche Google est de plus en plus exigeant en termes de contenu, et à ce titre, il est important de lui délivrer des articles pertinents et de qualité, qui répondent précisément à des requêtes. Qu’ils s’agisse de contenu rédactionnel informatif ou de fiches-produits pour un site e-commerce, ces contenus doivent apporter de la valeur ajoutée à vos lecteurs.

Aussi le contenu est la partie centrale de votre stratégie SEO, dans la mesure où l’optimisation permettant un bon référencement est principalement centrée sur celui-ci. Le site Internet doit lui aussi répondre à des règles quant à sa structure et l’expérience utilisateur qu’il propose, mais une fois qu’il est optimisé, on y revient moins souvent pour le maintenir à jour. Le contenu est la partie dynamique d’un site, il représente un travail quotidien selon la fréquence de rédaction définie.

La longueur du contenu

La longueur du contenu est un facteur à prendre en compte car pour départager les articles concurrents, il peur parfois être un critère selon l’information recherchée. De plus, une ancienne étude indiquait qu’une majorité des articles en première position sur Google faisaient plus de 2000 mots. Ce qui ne signifie aucunement que tous les articles doivent faire plus de 2000 mots !

Il faut intégrer que les articles longs peuvent être vos articles forts et les articles courts, ceux qui pousseront les plus forts via les liens qui les relient entre eux, donc le maillage interne. Articles longs ou articles courts en SEO ne font pas débat, il faut recourir aux deux pour répondre aux besoins de votre audience.

Il est recommandé d’avoir au moins 300/400 mots par article, ce qui serait court. Au-delà, plus le contenu sera riche et approfondi, plus il sera considéré comme de qualité par Google si vous maitrisez votre sujet sans trop dévier. Google doit bien interpréter le champ lexical de votre contenu et son orientation, pour prétendre à un bon référencement.

La titraille : Les balises Hn 

Utilisez des sous-titres pour structurer votre contenu et fluidifier la lecture pour votre audience. Les moteurs de recherche accordent une importance particulière à la structure des pages, at à ce titre, on utilise les balises Hn, telles que H1, H2, H3, etc. pour bien structurer son contenu.

La balise H1 est généralement la balise par défaut du titre de votre article et il est donc inutile d’en utiliser à nouveau dans le corps de celui-ci, bien que ça n’affectera pas votre référencement. C’est juste une logique de structure à adopter pour ses articles, de même qu’un livre n’a qu’un titre majeur et des titres de paragraphes.

Les sous-titres ou titres de paragraphes au sein de l’article, comme c’est le cas ici, seront ainsi des balises H2.

Le contenu dupliqué

Il es évident qu’il faut évitez le contenu dupliqué, c’est-à-dire le fait de copier-coller un contenu déjà existant sur un site web. Google risque de pénaliser votre site ; logique ! mais ce sont malheureusement les 2 qui peuvent en subir les conséquence dans certains cas. Il faudra donc veiller de temps à autre si vos contenus ne sont pas eux-mêmes plagiés par d’autres sites.

Un principe qui parait évident mais parfois l’inspiration va au-delà des simples idées à récupérer. Pour palier à ce manque d’inspiration, il existe à ce jour de nombreux outils d’IA utilisés en community management pour rédiger du contenu et créer des visuels d’illustration pour son site comme pour les réseaux sociaux.

 

Les backlinks pour gagner en autorité et améliorer son référencement

Google accorde également une grosse importance aux liens externes que l’on appelle les backlinks. Il s’agit d’un site tiers qui partage au sein de son contenu, un lien qui pointe vers l’un des vôtres. Si ce site à une forte autorité, il vous en confèrera en retour.

Le rôle des backlinks en SEO

Si dans un premier on ne peut maitriser les sites qui nous font des backlinks, car il peut y avoir de mauvais sites comme des bons sites, il est de rigueur de considérer le netlinking. Le netlinking consiste à acheter des liens sur des sites pertinents et de qualité à plus ou moins forte autorité. Cette activité est gérée par des plateformes qui disposent d’un portefeuille de sites éditeurs assez conséquent, pour répondre aux besoins des annonceurs.

On parle ici de gagner en trafic référent, qui est le plus important avec l’organique pour son référencement du point de vue purement SEO. Les sources de trafic web sont néanmoins à diversifier pour permettre d’obtenir des signaux positifs, notamment le trafic social provenant de liens partagés sur les réseaux sociaux. Si le trafic social n’a pas d’incidence directe sur le SEO, il a néanmoins un impact positif aux yeux de Google.

Note : Si vous êtes victime de liens toxiques de la part de sites de mauvaises qualités, vous pouvez tout-à-fait supprimer les backlinks toxiques en les désavouant auprès de Gogole via son outil dédié.

 

L’expérience utilisateur : un élément majeur pour Google

Enfin ne négligez surtout pas l’expérience utilisateur qui intègre de nombreux paramètres qu’il faudrait suivre à la lettre. Google recherche aussi des moyens de départager les sites de qualité et de moins bonne qualité, tout en allant chercher du côté des attentes des internautes en parallèle.

Voici les points à considérer dans leur globalité :

  • Facilitez la navigation sur votre site en permettant un accès à l’information rapide avec un minimum de clic.
  • Réduisez le temps de chargement de vos pages en agissant sur le poids des éléments qui les composent et les accès externes.
  • Réduire le poids des images et leur résolution pour les adapter au web et permettre un meilleur temps de chargement.
  • Votre site doit être responsive design et être adapté aux différents devices selon leur résolution d’écran.

Avoir un site web responsive design

  • Votre site doit être sécurisé avec le protocole HTTPS.
  • Votre contenu doit faciliter au maximum la lecture aux internautes et à ce titre, les balises Hn, les images, l’aération du texte, les verbes à la forme active et la qualité globale devront être travaillés.
  • Votre site doit être structuré avec une logique d’accès aux différentes catégories ou sections pour que les utilisateurs puissent facilement retrouver les informations souhaitées.
  • Travaillez sur la durée des sessions et l’amélioration de votre taux de rebond, ce dernier devant baisser, pour créer de la rétention et montrer à Google l’intérêt que portent les visiteurs à votre site.
  • Travaillez votre balise meta-description qui apparait dans les SERPs Google pour solliciter le clic de la part des internautes.

Google prend en compte de nombreux critères liés à l’expérience des utilisateurs, tels que le temps de chargement de votre site, la facilité de navigation, la pertinence du contenu par rapport à la requête de l’utilisateur, etc. Il est donc important d’améliorer la qualité de votre site dans son ensemble, en fournissant un contenu pertinent, bien structuré et facilement accessible.

 

En résumé

Rédiger pour Google et optimiser le référencement de son site internet, est un axe essentiel pour gagner en visibilité et être connu de son audience. Il ne s’agit pas de rédiger pour un moteur de recherche en occultant le lecteur, mais bien de combiner l’expérience utilisateur et l’optimisation du contenu pour émerger sur Google.

En respectant ces quelques règles de rédaction web, même si elles méritent d’être approfondies, vous pourrez améliorer peu à peu le positionnement de votre site dans les moteurs de recherche et générer ainsi plus de trafic sur votre site.

Il est évident que ça demandera d’apprendre, de pratiquer et de tester, car le référencement web au travers de la rédaction est un exercice qui doit s’inscrire dans la durée.

Laurent Bour

Fondateur du Journal du Community Manager et vrai Geek ! je suis passionné par l'univers social media et particulièrement par les nouveaux leviers marketing. J'arpente Internet et les médias sociaux depuis leurs débuts. J'ai assuré mes débuts en informatique sur un Oric Atmos, et j'ai été un vrai fan de l'Amiga. Expert ! Je ne le suis pas. Je continue d'apprendre.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Bouton retour en haut de la page
Index