Rédaction web

Faut-il rédiger des articles courts ou longs en SEO ?

Comment savoir quel contenu privilégier pour obtenir un bon référencement : Le paradoxe article court vs article long ! - Voici mon approche sur le sujet :

 

Une question qui est souvent posé chez les blogueurs qui débutent, comme chez ceux qui veulent absolument intégrer une dimension SEO au contenu qu’ils produisent.

Faut-il rédiger des articles longs ou plutôt courts, quand on vise un bon référencement naturel ?

 

Les articles longs en SEO

Pourquoi devrait-on rédiger des contenus longs, c’est-à-dire au delà de 1000 mots et parfois beaucoup plus ? Tout dépend où on place le curseur quand on dit long ! Pour ça il faut revenir quelques temps en arrière et voir comment Google faisait ressortir ce paramètre.

Des études indiquaient que la majeure partie des articles positionnées en première position sur Google, faisait plus de 2000 mots. Ce qui laissait sous-entendre, il faut faire long ! Ce n’est pas dénué de bon sens, quand on sait que des nouveaux contenus affluent tous les jours sur le moteur de recherche, en vue d’être indexés. Sauf que ce n’est pas aussi simple que cela, car si le SEO était juste une histoire de longueur d’articles, on ferait tous des contenus longs !

Pourquoi et à quel moment rédiger des articles longs ?

Le SEO est l’une des sciences les plus inexactes ! Ca bouge tout le temps et ça implique surtout de nombreux paramètres. Notons-en ici quelques-uns :

  • L’âge du site et l’ancienneté de l’URL
  • La structure du site : Les aspects technique et ergonomique
  • La structure et l’optimisation des contenus
  • La mise en place des protocoles : HTTPS, Responsive…
  • Le capital contenu
  • Le temps de chargement du site
  • La fréquence de rédaction
  • L’autorité du site
  • La thématique
  • A venir très prochainement (juin 2021) : L’expérience utilisateur avec Google Page Experience

On va s’arrêter là mais il y en a encore beaucoup d’autres. Autant dire que pour les réunir tous, ce n’est pas aussi simple. Ce qui nous amène à considérer également l’utilisateur, c’est-à-dire le lecteur. Lui il recherche en majorité des posts plutôt courts et à consommer rapidement. On appelle ça le snacking content au passage. C’est donc un paradoxe si on devait considérer Google au pied de la lettre.

Google nous dit long mais l’utilisateur veut court. Cependant quand on observe le web, on voit aussi bien du contenu long que du contenu court en top position du moteur de recherche. Il y a donc les paramètres cités plus haut à considérer.

Si vous démarrez dans le blogging et que vous souhaitez intégrer le SEO pour optimiser vos contenus, il faudra considérer les 2 : articles longs et articles courts. Voyez juste à quel moment choisir l’un ou l’autre.

Quand rédiger des articles longs ?

Les articles longs seraient donc plus enclin à obtenir un bon positionnement, il faudra les privilégier pour se positionner avec articles pierre-de-faite. Ce sont les articles les plus importants de votre site, car ils représentent le fondement de votre expertise en quelque sorte. Il ne doit y en avoir qu’un par mot-clé fort.

Exemple : Un article long qui explique ce qu’est un community manager, et des articles courts qui vont faire focus sur un sujet ou un point lié au CM. Vu qu’au sein des articles courts on évoquera le terme community manager, on créera un maillage interne en plaçant des liens sur ce mot-clé, qui renverront vers l’article long.

On fera connaitre notre site en cherchant un bon positionnement sur l’article long, grâce à un travail sur le trafic organique. Ensuite on créera des contenus courts satellites, qui eux pointeront vers l’article long, pour indiquer à Google que c’est l’article référent sur le sujet au sein de notre site.

Les articles longs seront donc là pour positionner des sujets référents sur notre site (articles pierre-de-faite). Dés qu’un sujet mérite d’être creusé, on peut travailler sur un article de 2000 mots voir plus (c’est une valeur de référence donnée comme exemple).

 

 

Les articles courts en SEO

Si on comprend le principe énoncé, il est donc simple de savoir que les articles courts seront à considérer pour les lecteurs et ce sont au sein de ces articles, que l’on insérera des liens qui pointeront vers nos articles référents et plus longs.

Pourquoi et à quel moment rédiger des articles courts ?

C’est un principe qui permet de rétablir un équilibre dans la rédaction web, tout en répondant aux attentes des lecteurs et en considérant Google.

Notez bien que ces conseils ne sont pas un absolu en matière de SEO, car on a tous des sites différents, des sujets différents et des niveaux d’autorité qui eux sont également différents. Au final, il faut être capable de capitaliser sur un ensemble de paramètres et laissez le temps faire les choses. A vous bien optimiser votre contenu et de l’adapter à votre audience et à ce qui vous correspond.

Un article long ne se positionnera pas dans le top 3 Google du jour au lendemain. C’est un long travail de patience et de production de contenu optimisé, mais qui finira par porter ses fruits !

Je vous donne juste mon approche pour mon SEO et elle fonctionne pour moi, mais peut-être qu’elle ne sera pas la méthode idéale pour vous.

Si vous démarrez en blogging, le maitre-mot sera patience ! si vous êtes un blogueur avéré, le référencement ne devrait pas être un secret pour vous. Si c’est le cas, prenez le temps de reprendre les fondamentaux du SEO pour bien démarrer sur de bonnes bases.

Quand rédiger des articles courts ?

Au-delà des points énumérés précédemment, il faut considérer les attentes et les audiences qui peuvent différées selon de nombreux critères, comme les heures de connexion, les cibles étudiantes et professionnelles, les devices où sont consommés les contenus etc.

Les articles courts en SEO jouent leur importance pour le maillage et créer ainsi des cocons sur des thématiques précises. Même si Google peut préférer du contenu long et pertinent pour départager une forte concurrence et mieux positionner un contenu, il y a les audiences à considérer. Posez-vous la question de savoir si vous rédigez pour un moteur de recherche ou pour les internautes.

S’il y a forcément des 2, alors l’audience est à considérer et beaucoup préféreront lire des contenus courts. A ce titre, les heures de connexion peuvent jouer un rôle important. Ciblez les heures où les personnes prennent les transports en commun, et donc indirectement le smartphone. Ce qui revient à créer un contenu adapté à ce device et faire du contenu forcément court pour ne pas perdre l’internaute.

 

A ce titre, on peut jouer sur un contenu alternant du rédactionnel, du podcast et/ou de la vidéo. On peut laisser ainsi le choix à l’internaute sur la manière de consommer le contenu. Attention néanmoins à la charge de travail que ça représenterait, mais ça peut en valoir la peine pour optimiser un site et faire exploser son trafic.

 

En conclusion

Bien définir ses objectifs et alterner entre articles longs et articles courts semblent être le bon mix. Il n’est pas simple de rédiger tout le temps des articles de plus de 1000 mots voir le double, et de les optimiser par dessus tout en SEO. Cela vous demanderait un travail considérable et vous perdriez une part de votre audience, qui elle, cherche à consommer rapidement du contenu.

Pensez plutôt aux articles longs qui vous positionneront, et aux articles courts qui répondront aux actualités du moment ou à des brèves pour répondre aux attentes de votre audience. Ainsi ne vous creusez pas trop la tête pour savoir si vous devez faire long ou court.

Vous pouvez aussi rédiger naturellement selon votre approche, selon vos capacités, le temps que vous avez à consacrer et considérer tous ces points selon vos objectifs etc… Après tout ! Rédiger doit rester un plaisir et non une contrainte systématique.

A vous de jouer !

4.9/5 - (17 votes)


 

AILLEURS SUR LE WEB

Source
Source image à la une : DepositPhotos

Laurent Bour

Fondateur du Journal du Community Manager et vrai Geek ! je suis passionné par l'univers social media et particulièrement par les nouveaux leviers marketing. J'arpente Internet et les médias sociaux depuis leurs débuts. J'ai assuré mes débuts en informatique sur un Oric Atmos, et j'ai été un vrai fan de l'Amiga. Expert ! Je ne le suis pas. Je continue d'apprendre.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page