Community Manager

6 questions autour du métier de community manager

6 interrogations récurrentes chez le community manager et les réponses apportées pour y voir plus clair et mieux rebondir sur l'après-crise :

Après l’article : Le community management survole-t-il la crise ? voici une série de 6 questions que se posent certains community managers. Le but étant ici de rebondir sur l’après-crise !

Vous êtes en voie d’exercer votre métier, vous êtes CM indépendant ou vous allez peut-être suivre une formation pour devenir community manager ? Parcourez ces 6 questions / réponses ci-dessous pour vous aider à y voir plus clair sur votre rôle actuel ou à venir.

Voici les quelques interrogations qui se posent autour du métier de community manager :

 

1. Comment bien choisir sa formation community manager ?

Vous envisagez de suivre une formation community manager, mais devant l’offre conséquente trouvée auprès des écoles et des centres de formations, vous ne savez pas laquelle choisir.

Comment bien choisir sa formation community manager ?

C’est une question qui a tendance à revenir régulièrement, avec un constat qui peut parfois déstabiliser les futurs community managers : Il y a trop de formations pour devenir CM à ce jour.

Il y a beaucoup trop de formations pour devenir community manager aujourd’hui – Comment s’y retrouver dans cette offre ?

Sur quelles bases choisir sa formation pour devenir community manager ? Voici quelques pistes de réflexion où il faudra y placer vos priorités :

  • Formation longue ou formation courte : Ai-je le temps pour suivre un cursus long et ai-je de quoi subvenir à mes besoins durant cette période ? Existe-t-il des aides ?
  • Formation avec ou sans stage : Un stage vous permet de mettre en pratique ce qui a été appris et vous offre une première ou une nouvelle expérience. On peut éventuellement y voir une perspective d’embauche dans certains cas. Posez-vous aussi la question sur la durée du stage et sa rémunération, qui sera assez faible dans la majeure partie des cas.
  • Formation diplômante ou pas : Si vous recherchez un diplôme ça ira beaucoup plus vite, car toutes les cursus ne délivrent pas de diplômes en fin de cycle. Cela sous-entend un programme plutôt long, afin d’acquérir un vrai niveau et éventuellement un diplôme reconnu par l’état, mais qui ne vous ouvrira pas forcément plus de portes. Les sociétés sont tout-à-fait aptes à embaucher des profils diplômés, ou sortant de formation avec de vraies compétences. Faire valoir un projet en ligne peut avoir plus de valeur qu’un diplôme. Un bout de papier ne fera pas de vous quelqu’un de meilleur. Vous valez ce que vous valez avec ou sans papier ! Le problème est lié à la mentalité des entreprises, et aussi à la recherche de reconnaissance ou d’assurance. A vous de voir !
  • Présentiel ou distanciel : Si on écarte la crise que nous traversons, il y a tout de même de gros avantages à suivre une formation sur place. Se faire un réseau, vivre une émulation, s’entraider, mieux suivre un cours sans être distrait etc… La distance doit plutôt être un choix basé sur sa géolocalisation ou si on recherche quelques compétences sur des formats courts de 2/3 jours par exemple.

community manager,formation CM,Salaire CM

  • La réputation de l’école ou du centre : Elle aura forcément de la valeur et du poids dans votre décision. Il est important de savoir si les formateurs y sont compétents, si les matières sont actuelles et le programme complet. Pour vérifier la réputation d’un centre ou d’une  école, viser les notations et repérez tout de même celles qui sont sincères. La meilleure solution étant de solliciter des anciens, que vous trouverez sur LinkedIn via une recherche par mot-clé.
  • Le financement : Puis-je obtenir un financement selon ma situation, ai-je droit à du CPF et est-il possible d’y recourir pour la formation ? Si je dois la payer de ma poche, combien coute-t-elle et en ai-je les moyens ?

Evaluez vos priorités avant de suivre une formation community manager, car l’offre est tellement large, qu’il est facile de s’y perdre et de tomber sur des cursus qui sont pauvres en sujets abordés. Il est évident qu’une formation longue vous donnera un véritable aperçu du métier, d’autant plus si vous souhaitez l’exercer à temps plein, plutôt que d’en connaitre les contour pour ajouter une corde de plus à votre arc.

Encore une fois, prenez contact avec des anciens des formations visées. Vous aurez un vrai retour sur le contenu du module et la compétence des formateurs. Vous pourrez également évaluer le stress à encaisser sur la durée et le travail à rendre.

 

2. Comment faire évoluer son rôle de community manager ?

On ne vas pas se mentir ! Le salaire d’un community manager ne fait pas rêver, malgré le temps qu’il faut trop souvent investir au-delà des heures légales. Un CM qui a une vraie conscience professionnelle ne commence pas le lundi à 8h et ne s’arrête pas le vendredi à 17h. Il est en veille constamment et doit être prêt à intervenir si un dérapage a lieu sur un compte ou s’il faut tout simplement répondre à une interrogation légitime.

Internet est un monde qui fonctionne 7/7 et 24/24 et même si le community manager n’est pas une machine qui ne dort jamais, il travaille néanmoins dans un univers où il faut être réactif.

 

Comment faire évoluer son rôle de community manager, dans la mesure où le salaire reste assez faible face au temps à investir dans les missions ?

Est-ce à dire que c’est un travail qui peut à terme devenir un stress ou un poids lourd à porter ? C’est possible selon la structure dans laquelle vous évoluez ou allez évoluer. Le but n’est pas ici de faire peur, mais de faire prendre conscience au community manager, que son rôle peut évoluer ou se spécialiser, pour naviguer vers de nouveaux challenges ou horizons professionnels.

Ainsi le community manager a plusieurs choix d’évolution de carrière :

Devenir social media manager

Même si certains CM aiment emprunter ce rôle à la sortie d’une formation, il est tout de même important de distinguer le community manager du social media manager. Le premier est un exécutant, selon l’entreprise dans laquelle il évoluera. Quand au second, il est stratège et sera plutôt sur un rôle managérial car il peut être amené à gérer de futurs CM.

social media manager

Si vous pouvez prendre la casquette de social media manager au sein d’une petite entreprise, il y a néanmoins une chose que vous laisserez au vestiaire ! c’est le salaire. N’espérez pas être embauché à un niveau de salaire de social media manager en exerçant seul votre rôle dans votre entreprise. Le social media manager est davantage valorisé et reconnu à sa juste valeur, au sein des grands groupes ou des grandes entreprises.

Faire évoluer son rôle c’est bien ! mais avec le niveau de salaire qui va avec, c’est quand même mieux. A l’inverse, rien ne changera dans votre travail et vous pourriez ne pas faire le poids en tant que social media manager pour une grosse entreprise. Ne survendez pas votre rôle, mais continuez plutôt d’apprendre et voyez si la stratégie est un domaine qui vous attire et si vous vous y sentez à l’aise.

Devenir consultant social media

Le consultant social media travaille généralement sur des missions pour plusieurs clients, ce qui a pour avantage de diversifier un peu les projets et les actions à mettre en place. C’est un rôle qui est souvent mieux valorisé par les groupes, car le titre est connu et l’univers plus large tout en étant rattaché à Internet. Il est possible de devenir consultant interne comme externe.

Les salaires sont plus intéressants mais il faut des compétences et des expériences solides dans le domaine du digital. A privilégier après quelques années passées en tant que community manager.

Devenir responsable digital

Pourquoi pas ! Si une opportunité se présente après avoir exercer quelques années en tant que CM ou social media manager, ça peut être un bon point pour vous. Sachez que les postes de responsable sont uniquement valorisés par les bons profils qui composent une équipe.

 

Devenir responsable digital

Il faut juste savoir s’entourer et déléguer intelligemment. Ce n’est pas un rôle si difficile à exercer, mais qui vous ouvrira les portes vers une meilleure rémunération.

Devenir chef de projet web

Vous êtes community manager depuis quelques années et vous connaissez bien les métiers du web, ainsi que les différents leviers marketing et assimilés. Etre chef de projet pourrait très bien vous convenir si vous savez mener une équipe et que vous savez tenir des retroplanning.

Un rôle où les projets sont divers et plus ou moins long, avec la richesse des profils qui composent les équipes rencontrées. C’est un rôle qui peut parfois engendrer un gros stress mais ça ne dure que le temps d’une mission. Un métier parfois très bien rémunéré selon les entreprises dans lesquelles les chefs de projet exercent.

Devenir expert dans un domaine spécifique

Devenir expert dans un domaine spécifique, sous-entend de prendre une compétence et de l’amener à un niveau d’expertise plus élevée pour la mettre plus en avant. Si la rédaction web vous plait, par exemple, poussez dessus en vous formant davantage sur le sujet en y ajoutant une formation sur le référencement naturel.

Vous aurez alors un véritable atout à faire valoir, et ce point pourra permettre de faire la différence sur certains postes. Pensez aussi à bien négocier votre salaire en fonction de votre nouvelle expertise. Il y a beaucoup de demandes sur les compétences liées au SEO.

Devenir formateur en community management

Si vous aimez transmettre, voilà un rôle qui sera peut-être taillé pour vous. Il demande de la pédagogie par dessus la passion de transmettre, mais vous exercerez un rôle où les rencontres seront pour vous une vraie richesse. Devenir formateur en community management, signifie que vous pouvez vous positionner sur de nombreuses matières.

 

C’est sans doute un axe à privilégier chez les CM indépendants, car il permet d’avoir un récurrent grâce à un planning connu d’avance. Si vous le souhaitez, vous pouvez également suivre un cursus pour devenir formateur au préalable.

 

3. Les compétences recherchées par les entreprises chez les CM

Nombreux sont les community managers qui voudraient se démarquer dans leur travail et/ou sur leur profil, se posant la question sur les compétences réellement recherchées par les entreprises. Faut-il être bon partout, faut-il connaitre tous les outils, être forcément créatif, savoir rédiger ou encore être prêt à donner du temps au-delà des heures conventionnelles ?

Comment puis-je faire l’affaire ? comment être au dessus du lot ? est-ce que ce poste est fait pour moi ? Tout fini par tourner, avec parfois la conclusion que tous les community managers sont les mêmes et qu’une entreprise ira de toute façon vers celui qu’elle juge être au-dessus du lot.

Quelles sont les réelles compétences recherchées par les entreprises chez un community manager ?

Les compétences recherchées par les entreprises chez un community manager ne sont pas toujours celles auxquelles on pense. On mixe aussi bien souvent les compétences et les qualités de la personne. Par expérience, elles ne sont jamais nombreuses quand on se retrouve face à un employeur. Si vous maitrisez votre sujet et votre entretien, il s’agira bien souvent d’exposer vous-même ce que vous pourrez apporter à l’entreprise et ainsi mettre relief vos compétences pour y parvenir.

Les compétences recherchées par les entreprises chez les CM

Vous pourrez ainsi occulter des points redondants ou qui ne sont pas appropriés et ça arrive très souvent. C’est pourquoi il ne fat jamais reculé devant une annonce qui fait peur de prime abord ! Si vous pensez ne pas avoir les compétences vous serez déjà vaincu avant d’avoir essayé ! Qu’avez-vous à perdre ?

Outre bien faire son travail et gérer les différents comptes sociaux d’une entreprise, il y a tout de même des points à rechercher et à mettre en avant auprès d’un patron. Si réussir son entretien d’embauche est primordial, quelles sont néanmoins les compétences classiques attendues par un chef d’entreprise ?

  • Répondre à des objectifs qui visent majoritairement visibilité et trafic. C’est donc ici un travail qui va au-delà du community manager car il est complémentaire à la rédaction web et au SEO. On pourrait dire ainsi qu’une compétence en rédaction web et une connaissance des fondamentaux du SEO seraient fortement appréciés.
  • Etre créatif ! Ne pensez pas que toutes les entreprises vous demanderont d’avoir de la créativité. Se rendre visible sera un axe majoritaire et pour ça, il n’y a pas forcément besoin d’être créatif comme on l’entend. Vous pouvez par ailleurs avoir de la créativité dans la rédaction d’un message et pas forcément dans ce qui est visuel. La créativité est large et si vous ne l’êtes pas, il y aura toujours des points à travailler en dehors.
  • Etre organisé dans son travail ! On peut dire dans bien des cas qu’un créatif n’est toujours organisé. C’est une question d’hémisphère cérébral ! L’organisation est important dans le métier de community manager car au vu des nombreuses tâches, vite récurrentes et chronophages, il vous faudra une bonne organisation dans votre travail et les entreprises apprécient cela.
  • Maitriser tous les outils ? Non bien entendu ! car les entreprises qui demandent une maitrise de Photoshop par exemple, ne savent même pas ce qu’on peut réellement faire avec. La maitrise de Photoshop se limitera bien souvent à du détourage, de la gestion de calques et de l’optimisation de visuels. Les effets peuvent faire partie des souhaits, mais on reste loin des capacités du logiciel. C’est comme maitriser Excel, mais parle-t-on aussi des macros et des variables au niveau des formules ? Tout ça pour dire qu’il faudra creuser dés lors que vous rencontrerez ces exigences au niveau d’annonces. Sachez faire part des outils que vous maitrisez vous-même, à l’inverse.
  • Maitriser les réseaux sociaux ! Celle-là c’est votre rayon, et pour y parvenir il faudra être en veille constante et profiter des nouveautés apportées aux différents réseaux, afin de les exploiter au mieux. Pensez toujours que les dirigeants d’une entreprise n’y connaissent pas grand chose à cet univers. C’est votre terrain, donc sachez le défendre et partagez vos connaissances pour évangéliser sur le sujet. On attend de vous que vous sachiez pleinement exploiter ces différents canaux, qui sont généralement rattachés aux objectifs à atteindre.

On pourrait en ajouter beaucoup mais la réalité est fonction des attentes de l’entreprise. Quand on regarde certains briefs, on peut prendre peur mais prenez le temps de poser chaque demande et vous verrez que bien souvent, un objectif majeur s’en dégage. Si c’est la visibilité, vous verrez que de nombreux angles et missions vous amèneront au même point.

C’est-à-dire être capable de mettre en place un certain nombre d’actions, en vue d’atteindre un objectif. Faites focus sur l’objectif et le résultat à obtenir, et vous verrez qua ça paraitra bien plus accessible.

community manager,formation CM,Salaire CM

Une entreprise ne cherchera pas systématiquement des compétences au-delà des vôtres, et qui plus est sur un métier qu’elle-même ne maitrise pas. Elle s’inspirera d’annonces d’autres structures, jusqu’à même parfois faire des copiés/collés. Si des compétences demandées vous paraissent hors de propos, répondez aux annonces et recentrez le débat ! C’est vous l’expert du community management, pas votre employeur. Vous avez peut-être votre idée sur la manière d’atteindre un résultat, donc exposez-là si vous en avez l’opportunité.

Le meilleur conseil à vous donner sur ce point, serait de ne jamais négliger la présentation du métier et en quoi il consiste exactement. Ne laissez jamais à votre l’entreprise, le loisir de penser qu’un community manager sait tout faire ou qu’il peut tout faire ! Cadrez votre rôle et exposez votre méthode de travail pour atteindre les objectifs demandés. Soyez concret, car un chef d’entreprise veut entendre ce qu’il a envie d’entendre : Obtenir les résultats demandés (dans la limite du réalisable).

En aparté, ne vous faites pas piéger par le rôle du community manager à la performance. Vous n’êtes pas commercial et vous ne travaillez pas à la carotte.

Remarque : Là où on attendra de vous du répondant, ce sera au niveau des grosses agences ou des marques. Là vous serez face à des personnes qui en connaissent tout de même un peu plus et les compétences attendues sont davantage le reflet de la réalité. Il sera donc clair qu’avant d’y postuler, il faudra acquérir de l’expérience au préalable, mais rien ne vous empêche de tenter de répondre à des annonces.

Pensez également aux nouvelles entreprises qui vont embaucher après la crise. Elles ne chercheront pas de compétences spécifiques, en dehors de se rendre visible sur Internet et de bien exploiter leur actions de communication en ligne.

 

4. Peut-on encore miser sur le métier de community manager ?

Beaucoup de personnes pensent que le community mangement est saturé, et qu’à la vue de tous les cursus qui existent à ce jour pour devenir CM, c’est peine perdue que de miser encore sur lui.

Le métier est saturé aujourd’hui (le ressenti) ! Ai-je intérêt à encore investir dans cette voie ?

Alors cette question ! Elle sera vite répondue. Il existe autant de manières et de moyens d’exercer le métier de community manager, qu’il existe d’entreprises. En clair, une entreprise exerce à la base dans un domaine, ce qui implique que des compétences dans son domaine peuvent être nécessaires. Disons qu’un community manager qui aurait de l’expérience dans l’immobilier, serait avantagé s’il postulait auprès d’une enseigne de ce secteur.

Le community manager a tout intérêt, dans certains cas, de ne pas omettre ses anciennes compétences et donc son background. Un point qui peut nettement faire la différence, s’il est toujours en phase avec l’univers dans lequel il a exercé.

Ainsi toute entreprise présente sur Internet, pourrait faire appel à un community manager pour optimiser sa communication en ligne et sa présence sur les réseaux sociaux. On peut donc encore miser sur ce métier, à moins qu’il ne mute en un nouveau rôle. Pensez aux candidatures spontanées et faites connaitre votre rôle ! On peut tout-à-fait être sur une création de poste en aparté.

 

5. L’infobésité étant croissante sur Internet, quel est l’avenir du community management ?

Ici il est question de savoir comment se rendre visible, quand des millions de contenus sont partagés chaque jour sur Internet, et qu’il devient difficile d’émerger et de gagner en visibilité. L’infobésité ! c’est ce surcroit de contenu qui transite chaque jour sur la toile.

Quel est l’avenir du community management face à l’infobésité sans cesse croissante sur Internet, en plus de la concurrence ?

C’est l’un des freins en community management mais il ne remet en aucun cas en cause, le métier de community manager. Un surcroit d’informations qui circule sur le net, demandera certes d’être parfois plus créatif, mais il s’agit surtout de ne pas négliger certains leviers comme le SEO notamment.

Les compétences recherchées par les entreprises chez les CM

Certaines entreprises solides, pourront toujours recourir à la publicité en ligne. Un community manager qui gère parfaitement la publicité Facebook aura donc sa place. Quant à un autre qui maitrise la rédaction web et le SEO, il pourra aussi se positionner aisément.

L’infobésité n’est pas à considérer comme un mur, mais comme une masse d’entreprises qui partage du contenu, sans même savoir le positionner et l’optimiser dans la majeure partie des cas. C’est un angle différent, qui permet de comprendre que la visibilité à gagner est toujours possible, face à des entités qui ne font rien pour la travailler.

 

6. Comment vendre son rôle de community manager aux entreprises ?

Pour exercer pleinement son métier en entreprise et pouvoir s’y épanouir, il est recommandé de reprendre votre rôle de CM point par point et de bien le vendre. Premièrement lors de l’entretien d’embauche, mais aussi lors de votre prise de fonction. Le community manager est certes un métier un peu mieux connu aujourd’hui, mais il ne l’est pas toujours en détail.

Comment se vendre auprès d’une entreprise aujourd’hui, et est-ce qu’il y a toujours des places à prendre malgré l’impression de saturation ?

Le but est de s’écarter de toutes les mauvaises interprétations autour du métier et notamment celle qui vise à utiliser le community management pour vendre ! Recentrez le débat sur la visibilité et le rôle de chacun, qui au final est un travail d’équipe.

Comment vendre son rôle de community manager aux entreprises ?

Parlez des réseaux sociaux et comment ils peuvent représentés des leviers d’aide à la visibilité d’une entreprise sur Internet et comment ils permettent de développer sa e-reputation, son image, jusqu’à créer de la proximité avec sa clientèle et ses communautés.

Il faut donc savoir défendre son rôle ! Il est nécessaire de bien exposer et de faire comprendre à quoi sert le community management. Surtout quand vous avez face à vous des personnes qui ne comprennent pas encore l’intérêt d’être présent sur les réseaux sociaux. Etre pédagogue et convainquant vous servira plus d’une fois au sein de votre entreprise !

Vous ne serez jamais en terrain conquis face à vos collègues, et à ce titre, ne soyez pas seul dans votre coin, mais travaillez en collaboration constante. Vous éviterez que l’on pense de vous que vous êtes le nouveau conquérant, celui qui va prendre la place des communicants déjà en poste ! C’est du vécu par de très nombreux community managers.

Bien se vendre ce n’est pas se survendre ! Vous avez des faiblesses ? Ne les occultez pas et montrez que vous êtes prêt à apprendre si besoin. Ne montrez pas que vous savez tout, mais au contraire, que vous savez rebondir et vous améliorez.

 

La transition crise / après-crise et le télétravail

Si de nombreux community managers sont confrontés actuellement au télétravail pendant la crise et le seront pour les nouvelles embauches, il faudra avant tout faire preuve de disciple et fixer des limites. On le dit et on le répète souvent, un community manager est un profil en éveil constant mais est-ce pour autant qu’il doit être joignable 7/7 et 24/24 ? Non !

Fixez des règles si on doit vous joindre, mais restez professionnel quant à la gestion de vos comptes sociaux. Si une intervention est nécessaire, il faudra la considérer. Prenez les devants sur les reporting à délivrer et soyez surtout discipliné dans votre journée. Considérez votre temps de télétravail comme une journée au bureau et évaluez chaque mission en gardant le contact avec vos supérieurs.

Privilégiez les outils collaboratifs pour éviter des appels superflus ou des mails à profusion. Les outils collaboratifs vous permettent de travailler directement sur des actions à mettre en place ou un projet global.

La transition crise / après-crise et le télétravail

Certains sont plus à l’aise en télétravail car plus autonome, et ils ont un accès immédiat à toutes les commodités, sans oublier le confort que cela peut représenter de travailler à domicile. Néanmoins il ne faut pas se relâcher et se préparer dans tous les cas à la reprise. Vous pourrez toujours négocier du télétravail dans la suite.

Si vous êtes en phase d’embauche, comment gérer la question du télétravail ? Ce n’est pas trop le problème du rôle et du travail à fournir, mais la confiance à accorder au CM pour éviter d’être en contact constant avec ses supérieurs. C’est précisément sur ce point qu’il faudra prendre les devants, et proposer ainsi des reporting de vos actions chaque vendredi par exemple. Pas besoin de créer un document complet, qui lui pourra être mensuel. On espère que la crise ne durera pas éternellement non plus !

Chaque entreprise sera à évaluer au cas par cas selon les besoins et les attentes. Pensez surtout à mettre en confiance votre interlocuteur et posez-vous les bonnes questions en se mettant à sa place. Il ne me voit pas, il n’est pas à côté de moi, il ne peut pas me contrôler etc… qu’est-ce qui peut le rassurer sur le bien fondé de mon travail, ma productivité et la performance de mes actions ?

Répondez à ses actions et anticiper vos réponses pour mettre votre employeur en confiance.

_____________

Voilà 6 questions qui reviennent souvent chez les futurs community managers. Si vous en voyez d’autres, n’hésitez pas à les laisser en commentaire.

Source
Source image à la une : DepositPhotos

Laurent Bour

Fondateur du Journal du Community Manager et vrai Geek ! je suis passionné par l'univers social media et particulièrement par les nouveaux leviers marketing. J'arpente Internet et les médias sociaux depuis leurs débuts. J'ai assuré mes débuts en informatique sur un Oric Atmos, et j'ai été un vrai fan de l'Amiga. Expert ! Je ne le suis pas. Je continue d'apprendre.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page