Portraits Cm

Community Management et journalisme d’entreprise illustré

Partons à la rencontre de Carine Charlier, une véritable community manager issue du terroir ! Elle est passionnée par le community management qui s’apparente pour elle au journalisme d’entreprise, un synonyme d’ouverture d’esprit, de créativité etc… La photo, une autre de ses passions, vient compléter son univers pour ensuite se mélanger aux réseaux sociaux lui offrant cette dimension de l’instantanéité.

Découvrons son portrait et la structure qu’elle a créée pour exercer son activité :

Bonjour Carine, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre parcours ?

© Carine Charlier
© Carine Charlier

J’ai fait des études environnementales. Or ce domaine ne m’apportait aucune stabilité professionnelle (des CDD précaires mais très peu de CDI).

Avec l’arrivée de la crise, les postes se sont faits de plus en plus rare et puis, je suis devenue maman.

En 2012, j’ai décidé d’abandonner ce secteur d’activité pour me diriger vers la communication en créant mon entreprise : Clic et Plume.

Je n’ai pas reçu de formation en communication ni en informatique, mais j’avais déjà été positionnée sur des missions de communication dans le domaine environnemental et l’informatique m’a toujours attirée, ce depuis mon plus jeune âge. Je suis une autodidacte qui a beaucoup appris par la documentation et le terrain.

J’ai d’ailleurs vu l’intérêt d’animer des communautés sur les réseaux sociaux, peu après leur apparition.

Clic & Plume_logo carré

D’où vient le nom Clic et Plume ?

Le mot « Clic » fait référence au clic informatique de la souris et au clic de l’appareil photo. Et « Plume » évoque ma compétence rédactionnelle.

Résultat, je souhaitais créer quelque chose d’original, de percutant tout en ayant du sens. En associant ces mots, j’englobais la dimension web, rédactionnel et également la photographie (une autre de mes passions).

Quels types de clients avez-vous ?

Je suis basée en Champagne-Ardenne, au cœur du vignoble. J’aide donc les vignerons artisans à communiquer sur leurs produits, et c’est d’autant plus simple pour moi, issue de ce milieu.

Néanmoins, chaque métier étant intéressant, et n’aimant pas me limiter à la facilité, je tiens à avoir une clientèle diversifiée. Je travaille régulièrement avec l’Industrie, les services (experts-comptables par exemple), les particuliers aussi. Ma soif de curiosité me pousse à découvrir de multiples secteurs d’activité.

Vous travaillez donc avec le terroir. A quelles types de problématiques répondez-vous pour ces acteurs locaux ?

Je travaille avec tout type d’entreprise, mais dans la région, il est vrai que les vignerons sont des clients réguliers. Fille de vigneron moi-même, je suis à l’aise concernant leur problématique : Valoriser leurs champagnes, mais aussi les étapes de fabrication pour en arriver au produit final, que ce soit le travail de la vigne ou la vinification.

Le community management d’un champagne passe également par ce qu’il y a « autour » : Par exemple le style de vie, la gastronomie, les événements organisés par la maison, la mise en valeur de « l’expérience client » (publier par exemple les photos de clients avec leur champagne), la mise en avant des retours presse et des résultats de concours de vins.

Sachant qu’il y a autant de manières de développer une exploitation viticole, que de vins différents, il est toujours riche et intéressant pour moi de travailler pour cette filière dont je suis issue.

Racontez-moi en quelques mots comment vos journées sont rythmées. Utilisez-vous des outils de gestion ? 

Offrant à mes clients un panel de prestations assez riche (création de contenu, community management, sites web, conseil en web-marketing), mes journées s’enchaînent mais ne se ressemblent pas ! C’est d’ailleurs ça qui m’intéresse : m’adapter aux besoins de mes clients, qui sont tous différents.

Concernant les réseaux sociaux, je publie soit manuellement, directement via les réseaux concernés, soit par le biais d’Hootsuite, un site gestionnaire de publications.

Dans notre activité, on sait qu’on est attendu sur le ROI par les clients ou les dirigeants en interne. Comment l’abordez-vous ?

Pour moi il est essentiel de produire mensuellement des statistiques précises d’audience et d’engagement, qui justifieront le temps que je passe sur les réseaux sociaux pour chacun de mes clients. La communication, pour être efficace, doit être régulière, de qualité, participative et diversifiée.

Lorsqu’on a atteint son rythme de croisière, il n’y a pas de raison que les retombées concrètes ne soient pas au rendez-vous… Après, encore faut-il que votre client connaisse l’origine de ses nouveaux prospects/clients … et à moins de poser la question, c’est rarement le cas, à moins que les achats se fassent en ligne (statistiques précises sur l’origine des connexions).

Vous avez la particularité d’être photographe en plus d’être Community Manager. De ce fait, êtes-vous l’auteur des photos que vous publiez pour le compte de vos clients ? Est-ce une prestation que vous ajoutez à votre book ?

Dans le cas où le client est établi à proximité de mon domicile, je crée effectivement ses contenus en plus de les diffuser. La photographie de qualité professionnelle a un rôle essentiel à jouer, quand on sait que les publications illustrées attirent davantage le regard en community management. Si en plus la photographie est jolie, c’est encore un plus !

C’est également une valeur ajoutée à ma prestation. D’ailleurs depuis peu, je propose également des clips vidéo courts pour valoriser l’actualité en temps réelle de mes clients, vu que mon boîtier me permet de produire de la vidéo haute définition.

© Carine Charlier

© Carine Charlier

 

Qu’est-ce que vous aimez/adorez le plus dans ce métier ? Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ?

Le métier de community manager est passionnant pour moi car il s’apparente à du journalisme d’entreprise. Qui dit journalisme dit ouverture d’esprit, curiosité, diversité, photographie, rédaction etc. La communication par l’image, le côté instantané des réseaux sociaux et les possibilités qu’ils offrent m’ont séduite ! Par ce biais, la publicité de qualité n’est plus réservée aux multinationales…

Travailler pour et avec des professionnels qui n’ont pas le temps ni forcément les compétences en interne pour faire de la communication est pour moi un réel plaisir car il est aujourd’hui essentiel de valoriser le fruit de son travail, et trop peu d’entreprises l’ont compris à mon goût.

Le fait de travailler sur le long terme avec mes clients est également très appréciable : une relation de confiance s’établit petit à petit et me fait connaître différents secteurs d’activité alors totalement inconnus jusque là.

Arrêtons-nous un instant si vous le voulez bien sur l’association du Community Management à du journalisme d’entreprise illustré. Pourquoi ?

Le journalisme consiste à rassembler des informations, de rédiger des articles, de réaliser des contenus médias (photo ou vidéo) ou mettre en forme un reportage afin de présenter des faits qui contribuent à l’actualité et l’information du public. Vous ne voyez aucun lien avec le community Management ?

En tant que Community Manager, même si on est plus dans la synthèse, on traite de l’information, du contenu photo et vidéo d’actualité des entreprises. Pour cette raison, je pense que le Community Management correspond à une des mutations du métier de journaliste.

Si vous étiez un objet/outil du quotidien dont un CM ne peut pas se séparer, vous seriez…

La créativité, sans hésiter !

Vous êtes maman. Comment arrivez-vous à gérer votre côté business woman avec celui de maman ? Cela ne doit pas être évident tous les jours…

En effet… Après, je suis persuadée que tout est lié à l’organisation et à celle dont on fait preuve. Après, je m’organise et programme mes publications avec des outils. J’accorde du temps à mon fils chaque mercredi après-midi. Pour moi c’est important !

Je termine globalement mes journées à 18h. Une fois mon fils couché, il m’arrive de retravailler à partir de 21h ou alors je m’accorde du temps pour moi afin de décompresser. Tout dépend des commandes ponctuelles venant se greffer au community management.

Et enfin si on parle d’avenir, où vous voyez-vous dans 5 ans : toujours CM ou ailleurs ?

Je me vois toujours indépendante dans la communication web, mais pas uniquement community manager. Le fait d’être multicarte est pour moi et mes clients un réel atout. Nous verrons bien, rendez-vous dans 5 ans !

Merci Carine et bonne continuation !

Retrouvez Carine Charlier sur Clic et Plume


Enregistrer

Note générale de nos lecteurs
Votre Note
[Total: 2 Average: 5]

Aurélie Salsarulo

Depuis que j'ai découvert le métier en 2009, être Community Manager est une vraie passion. Ce que j'adore le plus ? Beaucoup de choses.... L'intéraction avec ma communauté et réfléchir sur la stratégie. J'aime le challenge et porter des projets. Je suis très organisée (peut-être un peu trop parfois) et je suis toujours enthousiaste et de bonne humeur. Quand je ne suis pas "connectée", j'accorde du temps à une autre de mes passions : les loisirs créatifs.
Bouton retour en haut de la page
0
Fermer

Send this to a friend

Hello,
Je pense que cet article pourrait t'intéresser : Community Management et journalisme d'entreprise illustré! This is the link: https://www.journalducm.com/2015/12/14/carine-charlier-le-community-management-un-journalisme-dentreprise-illustre-8093/