Community Manager

Community manager freelance : quelles prestations à choisir au démarrage ?

Quand on démarre son activité de community manager freelance, il est toujours difficile de savoir par quoi commencer, notamment sur la partie rémunération et organisation de son temps de travail. Découvrez quelques pistes :

 

Devenir community manager freelance nécessite de réfléchir à de nombreuses choses avant de démarrer. Il est nécessaire de penser au statut que vous allez adopter, à votre futur lieu de travail, à vos besoins en matériel, les divers abonnements auxquels vous devrez souscrire et tous les frais à engager pour exercer, en considérant les dépenses pour vos transports et votre nourriture.

C’est à partir de là que vous travaillerez ensuite sur ce qu’il vous faut comme revenu, pour couvrir vos frais ainsi que vos charges et besoins primaires. Hors définir un tarif ou savoir par quoi commencer, est une bête noire quand on démarre une activité de community management en freelance.

Pour en savoir plus à ce sujet, je vous recommande la lecture de ces articles :

 

Quelle prestation privilégier pour un CM freelance qui démarre ?

Il est toujours difficile de savoir par quoi commencer quand on se lance comme community manager freelance. Créer son offre tarifaire est déjà un calvaire pour nombre d’entres eux, mais quant à trouver ses premiers clients ou savoir quelle prestation il faut privilégier, c’est le flou total !

A l’issue d’une formation community manager, je trouve très dommage de ne pas conclure sur le community manager indépendant et d’apprendre comment on créé une tarification et comment on trouve ses premiers clients. C’est un point qui peut intéresser tout le monde sans pour autant y passer des jours.

Quelle prestation privilégier pour un CM freelance qui démarre ?

Comment définir son offre tarifaire ?

Créer son tarif peut paraitre très difficile pour certain(e)s, car il est toujours lié à une question existentielle : suis-je suffisamment compétent ou légitime pour facturer autant ? derrière autant, se cache la crainte de facturer un montant juste. Sauf que le tarif auquel on pense est souvent calqué sur des confrères ou le fruit d’une estimation moyenne, après avoir navigué sur des sites de prestataires ou des marketplaces de freelances.

Si vous lisez les articles précédemment recommandés, vous constaterez que la première chose qui prime sont vos besoins de base : charges fixes et besoins primaires, auxquels s’ajouteront vos frais variables. Votre loyer, vos frais en électricité, votre nourriture etc… ainsi que vos besoins essentiels comme le coiffeur par exemple. Définissez-les sur l’année, car ils incluront vos vacances et d’éventuelles charges qui peuvent être trimestrielles ou annuelles.

Savoir comment et combien facturer quand on est community manager freelance.

Vous aurez ainsi une visibilité sur ce que vous devrez absolument gagner mensuellement, et c’est uniquement à partir de là que vous définirez votre souhait. Voulez-vous 500, 1000 ou 1500€ en plus par mois ? Une fois votre souhait établi, il faudra le rapprocher des missions et des prestations visées pour savoir comment et combien facturer et surtout évaluer le nombre de jours pendant lesquels vous serez en capacité de travailler.

En dehors, vous avez vous devrez aussi considérer le travail et les tâches qui ne génèrent pas de revenu :

  • Les rendez-vous,
  • La comptabilité,
  • La création de votre site et la rédaction de contenu (si envisagé),
  • Les temps morts,
  • Les congés etc…

Si vous parvenez par exemple à 11 jours de travail par mois, reprenez vos besoins et divisez-le par ce nombre de jours, en y ajoutant les charges selon votre statut. Le point le plus obscure reste bien sûr d’évaluer le nombre réel de jours pendant lesquels vous travaillerez, ou comment éviter les temps morts sans être rémunéré.

Pour un community manager freelance, ça peut vite devenir problématique si on vise trop haut, ou au contraire pas suffisamment. Il faut un bon équilibre pour conjuguer toutes ses tâches sans s’éparpiller et perdre du temps.

 

Que faut-il rechercher au départ de son activité ?

Vous devrez savoir, sinon vous le saurez à vos dépends et je ne l’espère pas, qu’un stress peut vite survenir si aucun revenu ne rentre. Vos seuls filets étant une période chômage qui a malgré tout un terme, et un éventuel conjoint qui pourrait assurer vos arrières. En dehors il peut y avoir papa et maman mais c’est pas une solution qui durera !

Que faut-il rechercher au départ de son activité ?

Cela signifie que la première chose à rechercher est ce qu’on appelle le récurrent ! C’est un revenu minimum sur lequel vous avez une visibilité à court ou moyen terme. Il peut s’agir de 3, 6 ou 12 mois par exemple. Ainsi vous saurez exactement combien vous gagnerez sur x mois avant de vous inquiéter.

Le récurrent devra ainsi être un montant qui couvrira vos dépenses de base. Oui mais comment faire et quoi choisir ?

 

Le récurrent du community manager freelance

Le récurrent est ce qui vous permettra d’évaluer vos revenus en ayant une visibilité sur plusieurs mois. C’est l’un des meilleurs moyens d’éviter un stress inutile, et de pouvoir vous concentrer sereinement sur vos tâches. Un freelance se retrouve en quelque sorte en situation de recherche d’emploi, jusqu’à ce qu’il trouve son récurrent et/ou qu’il soit connu.

L’une des missions récurrentes chez les community managers freelances est la formation, car les dates sont généralement données sur une année complète, afin de pouvoir les caler à l’avance dans son calendrier. Si vous ne pouvez pas être en capacité de former pour x raisons, il faudra évaluer vos points forts, vos compétences, et établir une liste de missions en rapport.

Le but est aussi de bien évangéliser ses clients, pour leur faire comprendre qu’un résultat dans les sphères du social media, ne s’obtient pas en un ou deux mois. Il faut privilégier des périodes de 6 mois au minium et toujours délivrer à l’issue de vos missions un reporting social media pertinent. En faisant ainsi vous pourrez démontrer la qualité de votre travail en délivrant une analyse chiffrée. Vous travaillerez sur votre expertise tout en offrant la possibilité à vos clients de parler de vous.

Le récurrent du community manager freelance

Pour obtenir ce travail récurrent, il faut éviter de travailler sur des courtes missions qui parfois, malheureusement, laisseront un gout amer dans la bouche de vos clients. Les clients s’attendent presque toujours à un résultat immédiat, mais ce n’est pas possible ! C’est pourquoi il faut bien vendre son travail et ne pas se limiter à des misions sur un mois ou des one-shot avec une négociation tarifaire, vous devrez continuellement être en recherche et vous ne pourrez pas être efficace.

 

Bien évidemment quand rien n’arrive, on est toujours content de travailler sur des petites missions, mais à terme il faudra viser plus haut.

 

En conclusion

Bien se vendre en tant que community manager freelance, demande un travail bien organisé et de définir un tarif au plus juste selon ses dépenses. Il ne s’agit pas de donner son travail ou de brader son savoir-faire. Trouvez premièrement un récurrent pour éviter les périodes de stress, et pouvoir atteindre pour vos clients, un résultat intéressant sur une période plus longue.

Encore une fois, pensez à bien lire les articles en introduction, afin de définir votre tarification sans oublier les moindres détails.

Laurent Bour

Fondateur du Journal du Community Manager et vrai Geek ! je suis passionné par l'univers social media et particulièrement par les nouveaux leviers marketing. J'arpente Internet et les médias sociaux depuis leurs débuts. J'ai assuré mes débuts en informatique sur un Oric Atmos, et j'ai été un vrai fan de l'Amiga. Expert ! Je ne le suis pas. Je continue d'apprendre.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page