Community Management

Associer community management, consulting et formation

Etre community manager peut parfois vous engager sur d'autres leviers comme le consulting et la formation ! Pourquoi ne pas capitaliser dessus et valoriser ainsi votre rôle ? Découvrez ces 3 casquettes à considérer en community management :

 

Pour offrir de la diversité à son activité, il est parfois utile de prendre plusieurs casquettes, et d’autant plus quand une expertise est avérée et que l’expérience est là ! Le consulting est alors une voie à prendre quand ce n’est pas la formation dans certains cas.

Peut-on associer le community management au consulting ? C’est ce que nous allons voir en considérant le rôle du community manager en tant que salarié et indépendant. Du point de vue de l’agence, c’est plus évident vu qu’elle propose un ensemble de services.

Nous ne redéfinirons pas ce qu’est le community management et ses différentes missions, vous pouvez voir le tout ici : Le community management et ses principes missions.

En revanche, définissons le rôle du consultant.

 

Le rôle du consultant

Dans les grandes lignes, le consultant est un indépendant ou un détaché de cabinet, qui va intervenir sur des problématiques diverses rencontrées par des sociétés. Il peut officier en interne au sein des grands groupes, quand il est question de travailler sur des projets spécifiques par exemple.

Le rôle du consultant

Son grand intérêt est lié forcément à son ou ses expertise(s) sur un ou plusieurs domaines, mais surtout sur son regard extérieur et parfois sa neutralité. Il a pour rôle de conseiller, d’améliorer, d’analyser, d’accompagner et de s’adapter aux situations.

Sa fonction vise donc à apporter des solutions à l’issue de ses consultations jusqu’à accompagner l’entreprise dans l’atteinte de résultats. ll est souvent recherché de par sa spécialité, mais peut tout-à-fait avoir un rôle généraliste en ayant une vision acerbe du monde de l’entreprise.

Il peut ainsi intervenir sur tous les services et secteurs d’une entreprise, selon les attentes et les besoins de celle-ci. Une grosse dimension analytique et stratégique est rattachée à son rôle. Il doit permettre à une entreprise de s’améliorer, de retrouver un équilibre, de solutionner des problématiques spécifiques tout en délivrant des axes de progrès et des indicateurs à mettre en place.

Il doit donc parfaitement connaitre les fonctions au sein d’une entreprise et savoir comment celle-ci fonctionnent dans leur globalité, ou être pointu sur un secteur très spécifique le cas échéant. La stratégie ou les process qu’il fera émerger, pourront être déployés avec son soutien, c’est à ce stade qu’il accompagnera l’entreprise jusqu’à atteindre un résultat.

Les qualités d’un consultant

De nombreuses qualités humaines sont également à soulever chez le consultant, outre son sens du contact et son professionnalisme, il doit faire preuve d’organisation, de curiosité et être suffisamment pédagogue pour transmettre des directives à prendre et être en capacité de reproduire des schémas ou déployer une stratégie.

Les qualités d'un consultant

Il doit donc être un bon communicant, être dans l’écoute et également être autonome sur son rôle. Il doit savoir instaurer rapidement un climat de confiance et être très réactif dans son travail.

Le domaine du community management / social media

Dans le domaine du community management, on entend plus souvent l’univers social media ou du marketing digital, il est donc évident que le consultant aura des compétences rattachées à ces leviers. Voir dans certains cas, une expérience significative en entreprise sur ces expertises. Il est assez rare d’entendre consultant en community management par ailleurs, mais plutôt consultant social media, ce qui revient au même.

 

 

Le lien entre le community management et le consulting

Vous pourrez vous rendre compte, notamment pour certains community managers, que votre rôle glisse parfois dans le consulting de par votre expertise sur les réseaux sociaux et le web en général. Les capacités que certains CM ont à analyser, déployer une stratégie et entrevoir les problématiques de leur société, peuvent leur conférer un rôle de consultant spécialisé en social media.

A ce stade et au sein-même de votre société, vous pouvez revêtir cette casquette, qui en plus de la pédagogie que vous pourriez avoir, vous permettrait même d’être formateur. J’ai déjà connu ces profils en entreprise, mais la plus grande problématique reste la reconnaissance et la valorisation du point de vue salaire de ces profils.

C’est pourquoi il est préférable de réévaluer son rôle, et de prendre une casquette plus avantageuse, notamment celle de social media manager ou de combiner sa fonction avec le consulting.

1. Community management et consulting

Le community manager est un rôle bien encadré, certes large, mais qui reste rattaché à de l’exécutif. Le CM n’est pas stratège à la base. Il déploie une stratégie réalisée en amont, et met en place diverses actions au travers des réseaux sociaux. Il gère et anime une communauté en vu de l’engager sur les contenus partagés notamment.

Community management et consulting

Au delà il peut avoir un rôle plus étendu s’il œuvre au sein de petites structures. C’est là où il est parfois amené à travailler sur la stratégie, s’il en a les compétences, et sur d’autres leviers. Notons au passage que l’expérience du community manager sera davantage acquise sur des petites entreprises du fait d’une latitude plus large sur les actions à entreprendre. Au sein de grosses structures, il sera généralement plus cantonné à du partage de publication, de l’analyse, ou de la modération.

Pensez petit aujourd’hui et voyez grand demain ! Démarrez par les petites structures et visez les postes et/ou les fonctions valorisées demain. 

Il est donc préférable de forger son savoir-faire au sein des petites structures et d’acquérir de la maturité, tout en se mettant dans la peau d’un consultant. Ce rôle aura pour but de conseiller sur les choix à faire en interne, et de transmettre sa vision de l’écosystème digital, rapportée à la structure dans laquelle vous évoluez. Ne restez pas derrière un bureau et un écran, transmettez votre fonction et ce qu’elle peut apporter en matière de business, mais également de visibilité, d’image. Prenez la parole et montrez l’importance de votre rôle, sachant que le business passe aujourd’hui majoritairement en ligne.

En agissant ainsi vous acquerrez des réflexes stratégiques, un esprit d’analyse, et vous pourrez conseiller d’après votre expertise et votre expérience. Analysez, évaluez et mesurez l’impact de vos actions. Tirez-en toujours des conclusions et cherchez la performance. En faisant ainsi vous vous formerez peu à peu à un rôle de conseil en mixant travail et prise de parole, auprès de vos équipes et dirigeants.

 

Le consulting devient ici une extension de votre expertise, et la capacité à transmettre, à conseiller et à suivre les résultats, d’où l’importance de le faire pour vos propres actions systématiquement. En développant cette expérience vous pourrez prendre cette casquette et évoluer dans votre métier. Vous pourrez prétendre à un meilleur salaire et la stratégie pourra découler (dans les grandes lignes) de vos expériences.

2. Community management et formation

Si vous avez de l’aisance en prise parole et/ou la capacité à transmettre, pensez à le faire valoir. Endossez une casquette de formateur en interne si cette possibilité vous est offerte. Si vous en ressentez l’envie, formez-vous avant de former et apprenez ainsi les cadres.

Community management et formation

La formation apporte du nouveau dans votre rôle et la capacité à apprendre des autres, à se remettre en question, à chercher à se perfectionner, à se mettre à jour sur les leviers que l’on enseigne etc…

La formation a été pour de nombreux community managers, un moyen d’évangéliser le rôle aux entreprises et de consolider l’expérience des profils formés à ce métier. Le formateur cherche sans cesse lui-même à apprendre, à chercher de nouvelles techniques, à évoluer selon les attentes et besoins des structures. Ce rôle permet de rester en contact avec son univers et de pouvoir le transmettre et le confronter à d’autres personnes.

La formation offre aussi la possibilité d’élargir son cercle de contacts, et en ayant une casquette de consultant de devenir parfois le prestataire de certaines personnes rencontrées. C’est pourquoi ces 3 fonctions ; community manager, consultant et formateur, s’imbriquent parfaitement ensemble. Beaucoup le font naturellement, mais ne pensent pas à capitaliser dessus. Il y a des community managers qui ont même des dérogations de leur patron, pour former en école et ainsi se dégager un complément de salaire.

Ne restez pas sur une fonction de base, voyez plus loin si vous en avez l’envie !

3. Formation et consulting

Mêler formation et consulting est possible sur des sessions en intra, et valorise ainsi la prestation en apportant un regard d’expert sur une problématique interne de l’entreprise. Prenez un cas réel du personnel de l’entreprise à former (si possible) et démontrez ce que vous enseignez en mettant ce cas concret au centre. La formation aura un meilleur impact et vous aurez une meilleure attention du personnel qui est en recherche de solutions.

Formation et consulting

Jaugez au préalable les rôles de chacun, et pensez à les impliquer à leur niveau à vos sessions. Laissez place aux ouvertures et faites des ateliers pour être dans la pratique, tout en respectant l’équilibre avec la théorie. Il est plus facile d’apprendre quand on pratique, mais d’autant plus quand cela est directement lié à notre objectif et/ou un cas identifié.

 

3 rôles taillés pour le community manager indépendant / freelance

S’il peut paraitre difficile ou moins évident de prendre ces rôles en entreprise, ils seront en revanche parfaitement adaptés au community manager freelance. Ces rôles offriront les mêmes avantages que ceux précités et ils apporteront aussi de la diversité dans le travail du CM.

L’indépendant à un plus besoin de missions tout au long de l’année, donc élargir son rayon d’action lui permettra d’éviter des temps morts plus fréquents ou de créer du lien entre ses 3 casquettes sur certaines prestations. Enfin cela ne veut pas die que pour les salariés, il n’y a pas de possibilité, il faut être curieux, force de proposition et penser à demain dans son plan de carrière. Tout évolue très vite et il est préférable aujourd’hui d’être en capacité de s’adapter et de revêtir plusieurs rôles.

Community manager, consultant et formateur : 3 rôles taillés pour le CM indépendant

Le community manager freelance étant autonome, il aura plus de facilité à se diversifier et à proposer plusieurs prestations qui se complètent, à ses clients. Notons aussi que c’est une capacité qui peut être plus facile à aborder pour des anciens profils commerciaux ou des personnes qui ont eu des rôles à responsabilité avec de la prise de parole en public. La formation peut parfois être un frein à ce stade !

 

En conclusion

La place est aujourd’hui à la mixité et à la capacité de s’adapter à différentes situations ou besoins. Sans exercer des rôles opposés, il s’agit ici de chercher les synergies et de développer ses compétences au travers de fonctions avec un tronc commun identique. Le community management au centre du consulting et de la formation seront les points à respecter au départ, pour ne pas s’écarter de son expertise de base.

D’autre pourront évoluer sur des compétences transverses et complémentaires comme la rédaction web, le SEO, et le marketing digital.

A vous de jouer et de valoriser votre profil !

Notez ce post

Laurent Bour

Fondateur du Journal du Community Manager et vrai Geek ! je suis passionné par l'univers social media et particulièrement par les nouveaux leviers marketing. J'arpente Internet et les médias sociaux depuis leurs débuts. J'ai assuré mes débuts en informatique sur un Oric Atmos, et j'ai été un vrai fan de l'Amiga. Expert ! Je ne le suis pas. Je continue d'apprendre.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page