Création de société

Comment créer son entreprise informatique en 6 étapes ?

Découvrez dans ce dossier complet, comment créer votre société informatique en suivant les étapes pas à pas ainsi que toutes les conditions préalables qui seront nécessaires à sa création :

La création d’une entreprise informatique est un processus complexe qui nécessite des connaissances et des compétences spécifiques. Il est important de bien planifier et de prendre le temps de comprendre les aspects légaux et financiers liés à la mise en place d’une entreprise informatique.

Définir un business plan, choisir le bon statut juridique et trouver des financements sont des étapes clefs pour créer une entreprise pérenne.

 

Qu’est-ce qu’une entreprise informatique ?

Les entreprises opérant dans le domaine de l’informatique, connues également sous le nom d’entreprises de services numériques, connaissent une forte croissance.

équipe société informatique

Ce secteur en constante évolution offre de nombreuses opportunités d’emploi et englobe de nombreux secteurs tels que la maintenance du matériel informatique (exemple : entretien et nettoyage), la création et vente de logiciels (exemple : création de logiciel pour protéger les informations de ses clients contre d’éventuelles attaques) et d’autres prestations variées (exemple : installation d’outils informatiques, conseils informatiques).

 

Les conditions préalables à la création de son entreprise informatique 

Les qualités du dirigeant d’une société dans l’informatique

Vous souhaitez créer une société informatique, et en être le dirigeant  ? Pour assurer une bonne direction de votre entreprise, voici quelques compétences que vous devriez posséder :

  1. Être constamment informé des avancées technologiques et des nouveaux logiciels
  2. Être capable de comprendre et de répondre aux requêtes des clients
  3. Être disponible 
  4. Avoir une bonne organisation pour répondre efficacement à la demande
  5. Être pédagogue et s’adapter à chaque type de clientèle

Les compétences du dirigeant d’une société dans l’informatique

Les compétences essentielles pour créer votre entreprise informatique sont les suivantes :

  1. Compétences techniques : Vous devez maîtriser les langages de programmation et avoir une solide compréhension des technologies informatiques. Cela vous permettra de développer des solutions logicielles efficaces et de superviser les aspects techniques de votre entreprise.
  2. Compétences linguistiques : La maîtrise de plusieurs langues, notamment l’anglais, peut-être un avantage précieux dans le domaine informatique. Cela facilitera le traitement de logiciel et la communication avec des clients internationaux.
  3. Compétences en animation d’équipes et en gestion : En tant que dirigeant, vous devrez être capable de constituer et de diriger une équipe performante. Cela nécessite des compétences en animation et en gestion du personnel. Savoir déléguer efficacement et favoriser un environnement de travail sain sont également des compétences importantes.
  4. Compétences en communication : Une bonne communication est cruciale pour diriger une entreprise informatique. Vous devez être en mesure de communiquer clairement vos idées, de présenter vos solutions techniques de manière compréhensible afin de développer de bonnes relations avec vos clients, partenaires et employés.

Ces compétences combinées vous aideront à créer et à diriger votre entreprise informatique de manière efficace et prospère. N’oubliez pas que l’apprentissage continu et l’adaptation aux évolutions du secteur sont essentiels pour réussir.

Quelles sont les formalités préalables à la création de son entreprise ? 

Avant de créer votre entreprise informatique, il est important de respecter certaines formalités préalables. Vous devez choisir un statut juridique, un nom ou encore rédiger vos statuts, déposer les documents nécessaires à la création de votre entreprise auprès des services compétents.

 

Les étapes à suivre lors de votre création d’entreprise en informatique

1. Créer un business plan

Un business plan est un document écrit qui résume la stratégie commerciale, marketing et financière de votre projet de création de votre entreprise. C’est un élément essentiel, car il présente les objectifs fixés par l’entrepreneur et démontre la viabilité de l’entreprise.

Le business plan permet de structurer et de formaliser toutes les informations clefs relatives au projet, y compris les analyses de marché, les projections financières, les stratégies de vente et de marketing, ainsi que les objectifs de court et long terme. Il sert également de référence pour convaincre les investisseurs, les partenaires commerciaux et les établissements financiers de la viabilité et du potentiel de croissance de votre entreprise.

En résumé, un business plan est un outil essentiel pour planifier, guider et justifier votre projet de création d’entreprise.

Dans ce domaine d’activité, il est important de prendre en compte plusieurs éléments pour se démarquer de la concurrence informatique. Vous devez évaluer le nombre de concurrents présents, leurs domaines de spécialisation (logiciels spécifiques, prestations informatiques ciblées) ainsi que leurs tarifs. L’objectif est de trouver un positionnement qui vous distingue des autres acteurs du secteur informatique.

élaborer le business plan de sa société informatique

Il est ainsi essentiel d’analyser les besoins des clients, y compris leurs attentes et leur budget concernant le secteur des prestations informatiques. Cette analyse vous permettra de mieux comprendre les demandes du marché et d’adapter votre offre en conséquence. Vous pourrez ainsi proposer des services qui répondent aux besoins spécifiques de la clientèle. 

Le business plan doit être structuré et organisé dans l’objectif de répondre dans chaque partie à toutes les questions que pourraient se poser les investisseurs. Le business plan comprend :

  • votre projet de création 
  • la spécificité de vos prestations de services ou vente de logiciel 
  • l’étude de marché (étude du marché concurrentiel en ligne/ dans la zone géographique) 
  • La stratégie commerciale
  • Le prévisionnel financier

2. Choisir son statut juridique

Alors, quel statut pour une entreprise informatique ? En fonction du domaine d’activité informatique que vous envisagez de pratiquer, vous avez la possibilité de choisir différents statuts juridiques : 

  1. La création d’une microentreprise : Ce statut est simplifié et peut être particulièrement adapté à votre activité informatique. Il offre une gestion administrative allégée et des obligations comptables simplifiées.
  2. L’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) : Ce statut vous permet de protéger votre patrimoine personnel en affectant certains biens à votre activité professionnelle. Ainsi, en cas de difficultés financières, vos biens personnels sont préservés.
  3. L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) : Ce statut respecte les règles de la SARL (Société à Responsabilité Limitée) et convient aux entrepreneurs qui souhaitent avoir une structure plus formelle. Il offre une séparation entre le patrimoine personnel et professionnel et peut faciliter une transition vers une SARL si nécessaire.

Chaque statut juridique a ses avantages et ses particularités, il est donc recommandé de consulter un professionnel du droit ou un expert-comptable pour choisir le statut qui correspond le mieux à votre situation et à vos objectifs d’entreprise.

3. Déterminer son siège social

Le siège social d’une société est l’adresse administrative où les organes de direction prennent les décisions importantes. Cette adresse doit obligatoirement être mentionnée dans les statuts de la société et déclarée lors de sa création.  Le siège social constitue la base juridique de la société et détermine sa nationalité, son immatriculation, ainsi que la législation applicable. Le siège social doit être précisément indiqué dans les statuts et il peut être modifié ultérieurement, sous réserve du respect des procédures légales.

déterminer le siège social de sa société informatique

Le siège social d’une société peut être établi dans un local détenu ou loué par la société, mais également au domicile du représentant légal de la société. Le choix de l’emplacement du siège social est une décision importante, car il détermine la nationalité de la société et influence des lois applicables en matière fiscale, sociale, commerciale, etc.

Par exemple, une société enregistrée en France sera soumise au droit français, tandis qu’une société enregistrée dans un autre pays sera régie par le droit de ce pays. Le choix du lieu du siège social doit être réfléchi en fonction des objectifs de la société, de son activité, de sa clientèle cible, des avantages fiscaux et des réglementations spécifiques du pays ou de la région.

4. Déterminer le montant du capital social

Lors de la création d’une entreprise informatique, les entrepreneurs optent généralement pour le statut d’un seul associé, comme l’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée) ou la SASU (Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle). 

Dans ce type de société le montant du capital social est librement déterminé. En comparaison avec une SA (Société Anonyme) pour laquelle un capital social d’au moins 37 000 euros est requis.

En fonction des besoins de financement de votre entreprise, il est important d’apporter un montant en capital en concordance avec les besoins et objectifs de votre structure. Et cela pour diverses raisons : 

  • Le capital social représente un gage de sûreté pour vos partenaires qui pourraient s’avérer être des potentiels créanciers de l’entreprise.
  • Le capital social permet à votre entreprise de disposer de liquidités au lancement de votre activité pour financer vos projets. En effet, les rentrées d’argent provenant des ventes se font généralement plusieurs semaines voir mois après la création de votre entreprise. Cependant, votre entreprise à besoin de liquidités dès le début de son activité pour faire face à ses charges et notamment les charges d’exploitations. 

5. Publier une annonce légale dans le journal officiel

Si vous êtes dirigeant d’une entreprise, la publication d’une annonce légale est une étape obligatoire pour informer le public des événements importants liés à votre société, tels que sa création, sa modification ou sa cessation d’activité.

Cette annonce doit être insérée dans un support habilité à recevoir des annonces légales (SHAL), qui peut être soit un journal d’annonces légales (JAL) imprimé, soit un service de presse en ligne (SPEL). Cette démarche vise à assurer la transparence et la publicité des informations relatives à la société, conformément à la réglementation en vigueur.

Qui peut publier une annonce légale ? 

Toutes les formes de sociétés (SARL, SA, SAS, etc.) sont tenues de procéder à une insertion dans un support d’annonces légales (SHAL : support habilité à recevoir des annonces légales) lors de leur création et de la cessation de leur activité.

De plus, la publication d’une annonce légale est obligatoire en cas de modification statutaire. Notamment afin d’informer les tiers et l’administration fiscale des changements intervenus. Cela inclut les changements tels que le remplacement d’un dirigeant, la modification de l’objet social, le transfert du siège social, l’augmentation du capital, etc. Cette publication permet d’informer le public et de garantir la transparence des informations relatives à la société, conformément aux obligations légales.

Comment publier une annonce légale ?

Pour faire paraître une annonce légale, vous devez soumettre une demande de publication à un journal d’annonces légales (JAL) ou à un service de presse en ligne (SPEL) agréé dans le département où se situe le siège social de votre société.

Cette demande de parution doit inclure les informations suivantes :

  1. Dénomination sociale de la société : Le nom officiel de votre entreprise
  2. Sigle de la société : Le sigle utilisé pour identifier votre société
  3. Forme de la société : La structure juridique de votre entreprise, par exemple SARL, SA, SAS, etc.
  4. Montant du capital social
  5. Adresse du siège social : L’adresse physique où est établi le siège social de votre entreprise.
  6. Objet social : La description de l’activité principale de votre société
  7. Durée de la société : La durée prévue pour laquelle votre société a été créée, qu’elle soit déterminée ou indéterminée.
  8. Nom du ou des dirigeants : Les noms des dirigeants de la société, tels que le président, le directeur général, etc.
  9. Indication du registre d’immatriculation : L’indication du registre où votre société sera immatriculée, tel que le Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) ou le Répertoire des Métiers (RM).

En fournissant ces informations complètes et exactes dans votre demande de parution, vous pourrez effectuer la publication légale nécessaire pour votre entreprise informatique, conformément aux exigences légales entrées en vigueur.

Quel est le coût d’une annonce légale ? 

Depuis l’entrée en vigueur de la loi PACTE le 22 mai 2019, les tarifs des annonces légales ont été harmonisés sur l’ensemble du territoire français, simplifiant ainsi la tarification de la publicité légale pour les entrepreneurs.

À partir du 1er janvier 2021, les prix sont fixés sous forme de forfaits, et ils varient en fonction de la forme juridique de la société. Les tarifs des annonces légales dépendent donc de la structure de la société ainsi que du support d’annonces légales. Concrètement les tarifs varient entre 124€ et 395€.

6. Créer son dossier d’immatriculation de la société

Quand faut-il faire créer son dossier ? 

Il est envisageable de commencer votre activité avant d’immatriculer votre société. Dans cette situation, la demande d’immatriculation doit être soumise au plus tard dans les 30 jours suivant le début de l’activité. Par contre, il est également possible de lancer votre activité après avoir effectué la demande d’immatriculation.

Dans ce cas, la date de démarrage d’activité doit être fixée au plus tard dans les 15 jours suivant la demande d’immatriculation.

Où faire la demande d’immatriculation ? 

Depuis le 1er janvier 2023, vous réalisez votre création de dossier sur le site internet du guichet des formalités des entreprises.

Vous pouvez accéder, grâce au lien suivant, à la démarche en ligne 

Combien coûte l’immatriculation d’une société ? 

Dans le cadre général, le coût de l’immatriculation de votre société au registre du commerce et des sociétés s’élève à 37,45 €.

 

Quelles sont les démarches à suivre lors de votre création d’entreprise informatique ?

Afin de donner une existence juridique à votre entreprise, il est nécessaire d’effectuer les démarches suivantes et de demander votre immatriculation auprès des registres appropriés :

  1. Déclaration de votre activité : Vous devez déclarer votre activité auprès des autorités compétentes, telles que le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) ou le greffe du tribunal de commerce. Cette déclaration permet de notifier le début de votre activité et de fournir les informations nécessaires sur votre entreprise.
  2. Immatriculation au Centre de Formalité des Entreprises (CFE) de la Chambre des Métiers : Cette étape est obligatoire et permet d’obtenir un numéro d’identification professionnel.
  3. Enregistrement auprès de l’administration fiscale : vous devez également vous enregistrer auprès de l’administration fiscale compétente pour obtenir un numéro de TVA intracommunautaire si nécessaire, ainsi que pour être identifié fiscalement et effectuer vos obligations fiscales.

Ces démarches d’immatriculation et de déclaration sont essentielles pour donner une existence légale à votre société informatique et pour vous conformer aux réglementations en vigueur. Il est recommandé de se renseigner auprès des organismes compétents ou de solliciter l’aide d’un expert-comptable pour vous accompagner dans ces formalités administratives.

 

Les éléments utiles après la création d’une entreprise informatique

Optimiser la gestion de la trésorerie avec un plan précis

La trésorerie d’une entreprise représente les fonds disponibles, qu’ils se trouvent sur des comptes bancaires ou dans la caisse de l’entreprise. Elle permet à l’entreprise de couvrir diverses dépenses telles que les salaires des employés, les achats de fournitures, les charges sociales, les frais de fonctionnement, les remboursements de prêts, etc.

définir un plan précis de la trésorerie de sa société informatique

Effectivement, une trésorerie optimisée signifie une trésorerie proche de zéro. Il s’agit d’avoir un équilibre entre les liquidités disponibles et les besoins de l’entreprise, de manière à minimiser les coûts de financement et à maximiser les opportunités d’investissement. Avoir une trésorerie équilibrée nécessite une vision stratégique à moyen et long terme, car il est essentiel de prévoir et d’anticiper les flux financiers futurs de l’entreprise. Cela inclut des éléments tels que les dépenses courantes comme le loyer, les impôts, les salaires et les factures fournisseurs, ainsi que les revenus provenant des ventes ou des contrats.

Pour anticiper les flux financiers de votre entreprise, il est recommandé d’établir un plan de trésorerie prévisionnel. Ce plan consiste à projeter les encaissements et les décaissements prévus sur une période donnée (mensuellement ou trimestriellement) pour avoir une vision plus détaillée.

N’oubliez pas que la trésorerie est un élément clef de la santé financière de votre entreprise, et qu’une gestion proactive de celle-ci peut contribuer à sa pérennité et à son développement à long terme.

Faites appel à un expert-comptable pour optimiser votre trésorerie

Vous pouvez faire appel à un expert-comptable pour vous aider à équilibrer vos charges et vos encaissements. Un expert-comptable peut vous fournir des conseils, tels que la recommandation de supprimer des services ou des activités qui entraînent des frais généraux élevés afin de réduire vos charges d’exploitation.

Ils peuvent également élaborer un plan financier visant à augmenter vos marges et, par conséquent, vos encaissements. Ce plan peut comprendre des stratégies telles que la révision des prix de vos produits ou services, l’optimisation des stocks, etc.. 

Réduction d’imposition 

Lorsque vous lancez votre entreprise informatique, notamment en tant que prestataire de services à domicile, vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt avantageuse.

En effet, vous avez la possibilité d’offrir à vos clients une réduction d’impôt pouvant atteindre 50%, dans la limite de 3000 € par an et par client. Pour cela, vous devez effectuer une déclaration de Services à la Personne. Cette mesure fiscale favorise l’utilisation de services à domicile et peut contribuer à la croissance de votre activité.

S’enregistrer sur le site des impôts 

Après avoir obtenu votre Kbis, vous devrez vous inscrire sur le site impots.gouv dans un délai de deux semaines. Cette inscription est une étape nécessaire pour vous enregistrer auprès des services fiscaux et effectuer vos démarches administratives en ligne.

S’affilier à une caisse de retraite 

Le régime de retraite d’une entreprise informatique dépend du statut juridique choisi pour exercer son activité. Les freelances informatiques qui ont opté pour l’une des structures suivantes relèvent du régime de retraite des travailleurs non-salariés (TNS) :

  • Micro-entreprise
  • Entreprise individuelle
  • Associé gérant d’une EURL (SARL à associer unique)

Les cotisations sociales du gérant sont calculées en fonction de ses revenus professionnels et sont destinées à assurer une pension de retraite future.

Il existe également un autre régime de retraite applicable aux sociétés informatiques, qui correspond au statut d’assimilé salarié. Ce régime concerne les postes de :

  • Président d’une SASU (SAS à associer unique)
  • Gérant non associé rémunéré d’une EURL

La principale différence entre ces deux régimes de retraite réside dans le montant des cotisations. Les cotisations de retraite sont calculées sur la base de la rémunération perçue et sont généralement plus élevées que celles du régime des travailleurs non-salariés (TNS). Mais, en tant qu’assimilé salarié, les dirigeants peuvent également bénéficier d’avantages sociaux supplémentaires tels que l’accès à l’assurance chômage, la couverture maladie, etc.

 

Le contrat de prestataire de services en informatique

Chaque contrat de prestation de services informatiques est unique et doit être adapté aux besoins spécifiques de votre entreprise. Ce terme englobe une large gamme d’interventions, allant de la réparation des équipements à l’amélioration générale des services informatiques.

les prestataires informatiques

Il est important de personnaliser chaque contrat pour répondre aux exigences et aux attentes spécifiques de votre entreprise. En identifiant clairement les objectifs, les services requis, les délais, les coûts et les responsabilités de chaque partie, vous pouvez garantir que le contrat de prestation de services informatiques répondra aux besoins précis de votre entreprise.

Pourquoi est-il important réalisé un contrat de prestataire de services en informatique ? 

Il est impératif de faire appel à un professionnel informatique pour effectuer ces opérations. Lorsqu’un informaticien prend le contrôle de l’outil informatique afin d’effectuer des réparations, il a accès à l’ensemble des documents privés de son client.

Pour cette raison, il est essentiel de sécuriser la relation entre le prestataire et le client en rédigeant un contrat de prestation informatique. Ce contrat permet de définir les droits, les responsabilités et les obligations de chaque partie, en mettant l’accent sur la confidentialité et la protection des données. 

Les différents types de contrat

Le contrat de développement de logiciel spécifique

Ce contrat informatique offre au client la possibilité de faire appel à un prestataire de services informatiques pour la création d’un logiciel selon ses besoins spécifiques. Le contrat permettant de détailler l’ensemble des besoins et des attentes.

Mais également d’établir un cahier des charges afin d’effectuer un suivi du projet. C’est un gage de sûreté et de qualité pour le client permettant d’obtenir le produit ou service attendu et contrepartie de la rémunération donnée. 

Le contrat de maintenance

Le contrat de maintenance est un accord dans lequel le prestataire s’engage à assurer la maintenance d’un système informatique du client, garantissant ainsi son bon fonctionnement et sa performance.

Le contrat d’outsourcing

Également appelé contrat d’externalisation, ce contrat de prestation de services vous permet de déléguer entièrement une fonction ou un service à un prestataire externe. Ce prestataire fournit ses services conformément aux conditions définies dans le cahier des charges.

En établissant un contrat clair et détaillé, vous pouvez définir les attentes, les objectifs, les délais, les responsabilités et les conditions financières liées à la prestation de services. Le contrat fixe ainsi un cadre juridique et organisationnel permettant de garantir que le prestataire agira en conformité avec les termes convenus. 

Le contrat d’intégration de logiciels informatiques

Lorsque vous disposez de plusieurs logiciels avec des droits d’utilisation, il est essentiel que ceux-ci puissent fonctionner ensemble dans l’environnement informatique de votre entreprise.

intégration de logiciels informatiques

Il est donc courant de conclure un contrat avec un intégrateur chargé de mettre en place un programme qui permettra d’assurer la compatibilité entre ces différents logiciels. L’intégrateur se charge de l’installation, de la configuration et de la mise en œuvre afin de garantir le bon fonctionnement de l’ensemble du système informatique.

Le contrat SAAS

Le contrat SAAS ou Software As A Service est un contrat d »externalisation du système informatique du client à l’aide d’applications étendues dans le cloud. Cela permet une gestion plus efficace des ressources informatiques et une réduction des coûts,

Cependant, il est important de noter que l’externalisation vers le cloud peut amener à des problèmes en termes de sécurité des données, de confidentialité et de conformité.

Le contrat ASP

Les ASP (Application Service Providers) sont des fournisseurs de services qui proposent l’utilisation à distance de progiciels et de services informatiques. Au lieu d’installer et de gérer ces progiciels localement sur leurs propres infrastructures, les entreprises peuvent opter pour l’utilisation des services fournis par les ASP.

Les clients peuvent accéder aux applications à distance, généralement par le biais d’une connexion Internet sécurisée. En plus des progiciels, les ASP peuvent également offrir des services supplémentaires tels que le stockage de données, la sauvegarde, la sécurité, la gestion des utilisateurs, etc

Comment rédiger ce type de contrat ? 

Tout comme un contrat de prestation de services classiques, le contrat de prestation de services informatique doit être rédigé de la même manière et doit donc faire figurer les mentions obligatoires suivantes : 

  • les parties concernées
  • l’objet du contrat 
  • le prix de la prestation et les modalités de paiement 
  • la durée du contrat
  • les obligations des parties (exemple; clause de confidentialité) 
  • les modalités en cas de force majeure
  • les modalités en cas de procédure de litige 
  • les modalités en cas de rupture du contrat/ résiliation 
   

Laurent Bour

Fondateur du Journal du Community Manager et vrai Geek ! je suis passionné par l'univers social media et particulièrement par les nouveaux leviers marketing. J'arpente Internet et les médias sociaux depuis leurs débuts. J'ai assuré mes débuts en informatique sur un Oric Atmos, et j'ai été un vrai fan de l'Amiga. Expert ! Je ne le suis pas. Je continue d'apprendre.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


La période de vérification reCAPTCHA a expiré. Veuillez recharger la page.

Bouton retour en haut de la page
Index