OUTJCM

#OUTJCM : Quand la vision du digital par la nouvelle génération s’emporte

serie-outjcm-episode-01-journal-du-cm
Série #OUTJCM – Épisode 01 : Quand la vision du digital par la nouvelle génération s’emporte

 

Quand une future rédactrice vous insuffle une petite idée, et que ça devient le premier épisode d’une série ! Merci Margot 🙂

La série #OUTJCM vient de naitre le 8 octobre 2016 pour son premier épisode. Le thème de la série : Quand le digital pète les plombs !

Définition du dico de Labrousse :

#OUTJCM : Se dit d’une rédaction en dehors de la ligne du Journal du CM (un blog de CM), très loin (pas autant que ça) du sérieux, de l’info…  totalement OUT du JCM ! c’est #OUTJCM

 

Welcome à toi lecteur !

Cette série vient s’inscrire dans un objectif de mettre un peu d’humour dans un monde où l’information circule à 100 à l’heure. Une petite bouffée d’air sur le ton de l’humour, partagée sur le Journal du Community Manager. Eh oui ! un CM ça peut aussi être drôle de temps en temps et partager ses folies sur le monde du digital.

Un léger écart qui se veut être un essai « mi-créatif » au milieu de l’information social media.

 

La série #OUTJCM : Quand le digital pète les plombs !

Ep. 01 : Quand la vision du digital par la nouvelle génération s’emporte

NB : Toute ressemblance avec une quelconque réalité au travers des personnages et des circonstances, ne saurait être qu’une pure coïncidence !

 

1. La technologie c’est la vie !

Quand on observe les générations X, Y, Z  on peut constater un réel décalage en matière de communication et d’appréhension des outils. Si nous avons connu les premiers micro-ordinateurs au milieu des années 80 à l’age de 10/15 ans, il est fort probable qu’une passion demeurée intacte aurait pu nous conduire jusqu’aux smartphones et aux tablettes sans réel problème d’adaptation.

D’un point de vue communication, nous avons œuvré des 2 côtés de la barrière en saisissant l’importance du contact, de l’échange, et d’un message à transmettre en surfant sur des véritables valeurs.

Plus les années se sont consumées nous rapprochant de ce jour, plus nous avons muté vers ce constat « la technologie c’est la vie ! ». Les nouvelles générations délaissent les ordinateurs contre les smartphones, qui eux sont devenus de véritables outils puissants et pleinement armés pour délivrer la quintessence de nos faits et gestes.

Un Graal et un second souffle pour les nouvelles vagues de business surfant sur le big data, mais également au niveau des nouveaux modes de consommation s’y rattachant.

La technologie c’est la vie ! car elle offre à ces jeunes un ensemble d’éléments « vides », qui sont de réels consommateurs de temps. Ils ne peuvent pas tout le temps comprendre la profondeur du marketing à venir, mais ils en connaissent tous les contours, les buts, et c’est ce pour quoi ils étudient le sujet avec ferveur.

On déchante vite cependant ! car à la sortie des longues études, pas de travail… sans doute par manque de spécialisation et de compréhension de ces nouveaux enjeux à venir. Qui perçoit ce qui arrive ? Qui comprend ce qui se cache derrière cette ombre noire et cette crise qui nous enfonce un peu plus chaque jour vers l’inconnu ?

Qu’à cela ne tienne, c’est cette vision de laquelle on cherche à nous éloigner. La technologie c’est la vie ! On s’amuse, on s’éclate, on aspire le monde depuis nos machines connectées et on engrange, on gonfle de connaissance et nous devenons nous-même obèse de l’information….

Le McDo est passé au second plan avec la malbouffe. Le premier problème est de ne plus savoir ce qui importe, ce qui nous fait avancer et vivre au milieu de ce qui se meurt inévitablement.

Alors cette nouvelle génération est emportée par la vague digitale et elle surfe dessus allègrement, devenant le community manager à tout faire, le data-scientist de cette multinationale et le futur employé assoiffé de savoir, tout en restant passionné par toute cette technologie qui lui facilite grandement de nombreuses tâches…

Mais ces jeunes n’ont pas remarqué une chose ! Les tâches étaient devenues tellement nombreuses, que le temps a rapidement frappé à la porte pour laisser la place à la nouvelle génération de la 27ème lettre de l’alphabet.

 

2. Être la référence

Être la référence !… peut-être même la star de demain après tout ! Seulement il va falloir travailler et travailler encore pour se montrer, être remarqué… être visible aux yeux de ceux qui nous entourent ! Ah bon seulement eux ? Oui c’est un peu comme Facebook… il faut payer pour qu’on puisse te voir.

Bon ! que je vous explique. Au-dessus de tout ça vous êtes devenu ce jeune pour qui la technologie c’est la vie, alors vous avez joyeusement croqué cette technologie et absorbé tout ce qui aurait pu faire de vous une personne plus sociale… virtuellement sociale par contre.

Vous aviez le nez plongé dans toutes ces applications, ces réseaux sociaux, au point où vous vous vantiez d’avoir des milliers millions de fans, d’amis, de contacts… et au final peu de gens vous connaissait à 2 mètres autour de vous.

Les réseaux sociaux éloignaient donc bel et bien les gens qui étaient proches, tout en rapprochant ceux qui étaient éloignés… et hélas on ne voit plus personne à part un écran, et ceux qui veulent bien montrer quand ils sont à l’autre bout du monde… et parfois même à un pâté de maisons. Un pâté de maisons = aussi le bout du monde.

Note ED : Je glisse ici la grande supercherie du monde professionnel, où 2 personnes s’échangent des mails parce qu’elles sont séparées par un étage ou un bureau s’intercalant malencontreusement entre elles.

Alors oui ! être la référence s’est même transformé en une grande montagne, tellement il vous faudra crier pour être entendu, et devenir un minimum hacker growth hacker pour percer les bouchons des autoroutes de l’information. Mais qu’importe, ces jeunes veulent devenir la référence…

Bling bling dudeJe suis peut-être un peu vieux jeu en employant un terme certainement galvaudé ! Laissez-moi revenir sur le chemin de ce siècle poussiéreux et prendre le terme approprié : influenceur.

Pardonnez-moi dans ma folie, et reprenons !

Devenir influenceur, voilà un métier que tout le monde voudrait pratiquer dans les sphères digitaleuses… sans même savoir que ça ne s’apprend pas et que les gens finissent pour beaucoup à collectionner des masques.

Oui parce que être soi-même est devenu quasiment une source de conflit avec son entourage d’hier !

Comprenez vos anciennes connaissances d’il y a peu de jours, si l’influence venait à vous tomber dessus bien entendu.

Alors laissons les jeunes devenir des influenceurs et les vieux partir en paix…

 

3. Être informé avant tout le monde

Je vous l’avais bien dit ! Tout savoir, tout connaitre, tout avaler… et devenir un boulimique de l’information. Au point où ! on ne découvre plus rien à un rythme raisonnable qui nous permettrait d’admirer, de demeurer, d’apprendre la profondeur et de rédiger encore des articles de plus de 2000 mots… oui oui juste ça !

Si tu veux être rapide mon gars, va falloir apprendre à faire des top 10 des plus belles photos ambiguës disséminées sur le net ! si tu écris trop tu risques la crise du blogueur sur le retour, puisque de toute façon 80% de tes lecteurs partageront ton article sans le lire…

Regarde comment les ultra-connectés (les jeunes) se forment aujourd’hui !

Laisse-moi apprendre et me former : J’écoute cet intervenant dont j’ai certes oublié le nom, mais qui expose un sujet remarquable pendant que je prend connaissance de mes notifications Facebook, et que le voisin me raconte la série de la veille. Je vous assure que ça rentre et que je peux vous régurgiter de but en blanc tout ce qui m’est parvenu aux oreilles.

Je veux savoir avant lui, être ici avant l’autre… être le premier, le bouffer, lui faire des coups bas et prendre sa place. Euh pardon ! je me suis emporté sur la teneur du sujet. Être informé avant tout le monde, c’est vrai que c’est intéressant ! Mais ensuite que dois-je faire avec ce savoir, cette information que j’ai récupéré avant les autres ?…

Je dois absolument la partager à mon tour et espérer acquérir du trafic, de la visibilité, et attendre que la pression redescende avant le second scoop. Euh ! s’il vous plait patron, laissez-moi un peu respirer le temps que je me remette de tout ça.

Car il s’agit bien de capter l’information pour la partager à nouveau…non ? Parce que la garder dans un coin de sa tête risque de la faire exploser dès qu’un trop plein d’informations s’y installera.

Pauvre de moi ! je ne me donnerai même pas une semaine à notre époque. Cherchons donc un peu d’avenir dans ce qui va suivre.

 

4. S’assurer une belle carrière

Une belle carrière, enfin voilà une chose originale !  Je veux être marié, avoir une belle femme, un beau mari, des enfants… une belle maison, une belle voiture, et quoi d’autre ? Ah oui le dernier smartphone à la mode et le dernier grand écran LED Quadri HD de 5m de diagonale pour me pavaner devant les matchs de foot !

Je pourrais inviter les voisins, les amis, la famille… Mais non je rigole ! Je ferai un livetweet et les gens de la France entière me reconnaitront et verront que je suis au top du social media !

Je gagnerai de l’influence car je serai le premier à acquérir l’information et je pourrais tranquillement être la référence avec ma technologie au top, car oui la technologie c’est la vie.

Si jamais vous l’aviez oublié au grès d’une lecture en diagonale, il s’agissait du premier point traité et ici d’un résumé de tous les points dans cette seule phrase, qui m’ont permis d’acquérir à présent une véritable expérience.

Les tests des plus grands cabinets imminents de notre planète avaient vu juste. Le rouge en gras aura permis à de nombreuses personnes de saisir la teneur de tout un contenu en une seule phrase. Sinon vous risqueriez le clash, le buzz parce que bien sur !… personne ne lis plus rien.

C’est de ce constat universel que ces fameux mots « interprétation » et « amplification » ont pris de l’embonpoint. C’était des mots qui ne dépassaient pas Marseille à une époque.

Forcément ! on ne vérifie plus l’information aujourd’hui, on l’interprète et on trolle même les gens qu’on a jamais rencontré de notre vie. Si vous avez le malheur de dévier de leurs idées, de prendre leur place, d’être meilleur qu’eux, de leurs opinions, et qu’ils veulent un peu trop vite monter au dessus de vous… soyez fermes et solides, ne battez pas en retraite !

Enfin s’ils se disent au-dessus (observez comment ils doivent parfois se justifier sur les réseaux sociaux en rameutant leurs confrères et amis) c’est qu’ils pressentent un danger qui risque de déstabiliser leur influence et leur course à la reconnaissance.

Alors voilà ce qu’est s’assurer une belle carrière aujourd’hui… c’est jusqu’à oublier ses objectifs et ce que représente une vie tranquille. Oublier de répondre à la question parce que vous êtes déjà en tain de penser à autre chose.

N’oubliez jamais ceci : Être ultra-connecté c’est être exposé !

 

5. Gagner de l’expérience

Bon ! je ne vais plus m’user à écrire de longues phrases vous l’aurez compris !

Au cas où, je m’explique :  J’ai aujourd’hui acquis suffisamment d’expérience pour raccourcir ma vie à peu de mots sans chercher à courir.

J’arrête le digital et je vais me prendre une longue pause… et place à la prochaine génération !


Enregistrer

Note générale de nos lecteurs
Votre Note
[Total: 8 Average: 4.8]

Laurent Bour

Fondateur du Journal du Community Manager, je suis passionné par l'univers social media et particulièrement par les nouveaux leviers marketing. J'arpente le net depuis ses débuts et les médias sociaux depuis 2005... J'ai assuré mes débuts en informatique sur un Oric Atmos, et j'ai été un vrai fan de l'Amiga... qui dit mieux ?
Bouton retour en haut de la page
Fermer
LA NEWSLETTER DU JCM

Abonne-toi à notre superbe newsletter qui est faite avec une dose de créativité et beaucoup d'amour.

Ton E-mail:
Ton Prénom
Promis ! Nous ne céderons même pas devant le Pentagone pour filer tes données. Elles resteront notre propriété.
x

Send this to a friend

Hello,
Je pense que cet article pourrait t'intéresser : #OUTJCM : Quand la vision du digital par la nouvelle génération s'emporte! This is the link: https://www.journalducm.com/2016/10/10/quand-la-vision-du-digital-par-la-nouvelle-generation-semporte-12497/